Feelings

Lâcher le « faire », et simplement « être »

Argh ! Pas facile ! De lâcher le « faire », pour seulement être. Voici toute ma difficulté du moment… Par le coaching, la Gestalt, j’expérimente, j’essaye. De ne pas toujours être dans l’action, la proposition, la rentabilité et le « tout de suite, maintenant ». J’apprends à lâcher prise. À faire confiance au temps. Et à moi aussi. À ce que je suis en mesure d’apporter, même sans rien produire. J’ai bien du mal à me convaincre que ma seule présence, mon écoute, mon questionnement puissent déjà agir. Et si j’apprenais à davantage valoriser mon être ?

 

Toujours faire

 

Je ne me suis jamais vraiment donné de valeur. Difficile pour moi de me reconnaitre des qualités, encore moins des talents, sans rentrer dans la dévalorisation. Et pourtant, il semble évident que mes années de travail thérapeutique, mes rencontres, mes échanges sur le sujet, m’ont beaucoup nourrie. Forcément je dois l’admettre, je suis tout de même sensibilisée à la question de l’aide et de l’écoute. Oui mais est-ce suffisant ? Pour m’auto-proclamer bientôt coach et un jour Gestalt praticienne ? J’en doute… Bien sûr je vais continuer d’apprendre des techniques, des méthodes… mais saurai-je les utiliser à bon escient ?

 

Je me sens tellement perdue en ce moment. Je vois bien comme je dispose d’un certain nombre d’éléments pour accompagner, mais je n’arrive pas à me faire une raison. Est-ce que cela suffit ? Ne dois-je pas donner davantage ? Apporter plus ? Questionner et encourager encore ? Me former sur d’autres approches ? Comme si ce que je pouvais faire ou savoir n’était jamais suffisant… Je voudrais faire plus, mieux et toujours parfaitement…

 

Être parfait c'est être soi-même. Ayrellies Cliquez pour tweeter

 

Puis revenir à moi

 

Et si j’apprenais à me faire confiance ? À laisser cette partie de moi qui voudrait déjà tout savoir. À faire confiance à ce qui se vit dans la relation, à l’instant présent ? Peut-être que la différence, le petit plus que je cherche tant, est dans ma façon d’être tout simplement ? Et si j’acceptais que le ton de ma voix, ma bienveillance, mon non-jugement, mon côté positif, mon état d’esprit ouvert sur les possibles, soient autant de qualités dont je dispose. Que les outils ne font pas tout et que la posture, l’attitude que j’ai, peut aussi faire beaucoup ?

 

En étant moi, et rien que ça, en laissant place à ma curiosité naturelle, mon envie d’aider et d’avancer et mon énergie parfois débordante, j’ai peut-être déjà pas mal de clés pour y arriver. Prendre plaisir et lâcher cette pression de bien faire. Être authentique et dans le vrai. À l’écoute de mes sensations et de mes ressentis. Être dans la relation, au contact. M’ouvrir à l’autre dans ce qui se passe pour moi. Pour laisser parler la vie et poursuivre avec envie. J’ai le souhait de ne plus chercher à faire, mais à vivre et à être.

 

♥ Pour continuer à me suivre, abonnes-toi à ma newsletter. Et reçois en cadeau mon ebook 🙂 ♥

  • 26
  •  
  •  
  •  
  • 114
  •  
  •  
  •  
  •  

12 thoughts on “Lâcher le « faire », et simplement « être »

  1. Bonjour,

    Je viens de lire ton article et j’aimerais tellement savoir être sans faire mais ça m’est difficile, l’inaction me fait me sentir inutile.

    1. Merci Elise pour ton partage Oui ce n’est pas simple Je suis pourtant persuadée qu’a toi seule tu apportes déjà beaucoup Peut être essayes juste une fois pour voir… 😉 Belle journée !

  2. Je suis passée par cette étape également 🙂 Le meilleur conseil que je puisse te donner en plus de ton superbe article, c’est de te répéter chaque jour en te regardant dans un miroir à quel point tu es extraordinaire, si tu es là aujourd’hui c’est parce que c’est exactement où tu dois être, etc. Ca parait très bizarre au début, mais au final, tu y crois et au quotidien, c’est incroyable !

    1. Je prends ton conseil Merci Sophie Bien qu’il ne me semble pas simple encore pour moi à appliquer aujourd’hui Mais promis je le garde en tête 😉 Et au moins en période de doute me rappeler que c’est tout ce que je veux/sais faire 🙂 Bises

  3. Cet article, comme toujours, me parle particulièrement. Trouver sa place, oser se lancer tout en sachant que nous avons encore des choses à apprendre. Je pense d’ailleurs que c’est à partir du moment où nous serons pleinement lancées que nous apprendrons le plus !
    Des bisous, Pêche

    1. Oui tellement ! Je sens combien j’apprends beaucoup en le vivant. Accepter de se lancer malgré/avec l’imperfection, c’est toujours mieux que de ne rien faire, non ?! Belle journée à toi Pêche Bisous

  4. Ah, la question de la légitimité…aussi un de mes grands soucis…Je me trouve toujours « pas assez », jusqu’à ce que je tombe sur quelqu’un qui a l’audace que je n’ai pas et qui, pourtant, dit ou fait beaucoup de conneries…C’est vraiment la clé à travailler…

  5. On apprend, on se perfectionne toujours Emeline.
    Aujourd’hui, tu es là, demain tu seras plus loin. Tu vas évoluer au fil du temps. Ce qui ne veut pas dire que là, maintenant, tu n’as pas les compétences ou les ressources pour.
    En même temps, pour moi c’est pareil, trop habituée à faire. Etre c’est le prochain cap, j’y travaille, comme toi.
    Nous allons y arriver.
    Je t’embrasse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.