Freelance

J’ai osé… c’est quoi être coach ?

Je souhaite devenir coach. J’avoue que je ne suis pas très à l’aise quand je prononce ces quelques mots. Peu encadré, ce métier n’est pas toujours valorisé. C’est un terme utilisé à toutes les sauces. Certains diront qu’il s’agit d’un métier à la mode. Et pour ne rien arranger, tout le monde peut s’autoproclamer coach. Comment exercer un métier si je ne suis pas fière de porter cette étiquette ? J’ai eu besoin d’y voir plus clair. J’aimerais par cet article, redonner les lettres de noblesse à cette activité. Parce qu’être coach, ça ne s’invente pas. C’est une activité professionnelle à part entière. Avec des compétences, une posture et des techniques qui s’apprennent. Mais aussi un savoir-être.

 

Après le verbe aimer, aider est le plus beau verbe du monde. Baronne Bertha Von Suttner. Click To Tweet

 

Le coaching avant

 

Lors de ma dernière séance de thérapie, j’ai pris conscience de toutes ces croyances que j’avais autour de cette profession. Ces préjugés que je m’étais forgée et qui me mettaient mal à l’aise avec ce métier. Oui, moi la première, j’avais une certaine vision : un coach est une personne qui considère avoir toutes les solutions. Qui sait mieux que quiconque ce qu’il est bon de faire ou non. Qui a un avis sur tout et de grandes leçons à donner sur la vie. Des phrases toutes faites et qui se vante d’être capable de faire de grands miracles. Qui fait mille et une promesses et qui remet la faute sur son client en cas d’échec. Qui simplement discute et écoute, sans réellement apporter d’outils, et distille quelques conseils.

 

Alors forcément ce tableau n’est pas joli, joli ! En tout cas il ne me parle pas. Je n’aspire nullement à être ce type de personnage. Mi-gourou ou simplement arnaqueur. Clairement, je n’ai pas une intelligence supérieure à la moyenne et ne me considère absolument pas au-dessus de qui que ce soit. Oui les dérives du coaching me font peur. Alors pour sortir de ces idées et être à même de vous en parler, sur les bons conseils de ma thérapeute, j’ai commencé la lecture du livre de François Delivré, « Le métier de coach ». Ouvrage que je recommande fortement à tous ceux qui s’intéressent au coaching. Et j’ai été rassurée. Bien sûr que, comme dans tous les métiers, il y a des usurpateurs, et des charlatans, mais je ne veux plus faire de généralités. Être coach ne s’improvise pas, et c’est, selon moi, un beau métier.

 

Le métier de coach, pour moi, aujourd’hui

 

Naturellement je serai plus à même d’en parler lorsque j’aurai été formée et surtout lorsque j’aurai pratiqué – Il ne s’agit en aucun cas d’une définition, mais de mon approche, de ma perception – Mais déjà, voici la nouvelle image que j’en ai : un coach est un professionnel formé dont le métier est d’accompagner une personne à se développer pour atteindre un objectif. Il ne fait pas à la place de. Et commence par aider son client a bien définir son besoin et ce à quoi il aspire. Il l’aide ensuite à construire, en lui partageant ses outils, le pont pour passer de l’autre côté de la rive. Pas après pas, il est là. En considérant ce avec quoi le client se présente, sans perdre de vue la ligne d’arrivée.

 

Il a posé un cadre clair et sécurisant dès le début, sans promettre monts et merveilles. Il n’intervient pas en tant que psychothérapeute ou consultant et garde sa position de coach professionnel. Dès le départ, les responsabilités, les pouvoirs et les rôles de chacun sont clairs. Le coach éclaire la situation de la place où il est et intervient de façon éphémère. Il ouvre le champ des possibles. Son objectif est que son client déploie ses propres ailes. Il ne s’agit pas de lui en coller de nouvelles. Il l’accompagne dans ce changement et ce deuil, en lui apprenant à faire par lui-même. Le coach partage ses outils, ses techniques et sa propre expérience. L’encourage à libérer son potentiel.

 

Enfin, le coach est avant tout une personne, avec ses forces et ses fragilités. Qui partage son expérience, ses doutes, son enthousiasme et replace l’humain au centre du sujet. Il n’est pas parfait et n’encourage pas son client à l’être. Il cherche simplement à développer un mieux-être.

 

♥ Pour continuer à me suivre, abonnes toi à ma newsletter. Et reçois mon ebook gratuit 🙂 ♥

  • 6
  •  
  •  
  •  
  • 1
  • 1
  •  
  •  
  •  

18 thoughts on “J’ai osé… c’est quoi être coach ?

  1. mais oui tout à fait très chère Émeline ! je prefere la version finale à la première qui m’a fait un peu froid dans le dos brrrr !! un coach ne sait pas pour son coaché. c’est bien pour ça qu’il pose beaucoup de questions, pour éclaircir ! il accompagne sur la route, soutient, creuse avec son client. mais il ne l’emmène pas sur un chemin. le chemin, c’est le coaché qui le choisit. c’est vrai que ce mot est mis a toutes les sauces, mais dans mon école de coaching, on en a parlé, et c’est à ceux qui sont véritablement formés au coaching de porter la bonne parole et d’expliquer ce métier. plus on en parlera, plus les charlatans auront du mal à tenir le choc. Je rencontre beaucoup de coachs maintenant, et je peux te dire qu’ils sont tous formés et compétents. Bien sur il a quelques grosses têtes comme dans tout métier… le plus important à retenir pour quelqu’un qui cherche un coach ou un psy d’ailleurs c’est de faire attention à une chose : il ne doit pas prendre le pouvoir. il ne doit pas vous dire quoi faire. il ne doit pas penser à votre place. En tout cas le livre de Francois délivré est un bon début ! si tu veux tu peux lire aussi un livre que j’ai récemment lu : Vous êtes 10 fois plus intelligent que vous ne l’imaginez  » de Christophe Bourgois-Costantin, un autre coach, qui a la même vision du coaching que nous. bon je vais arrêter là car forcément j’aurais encore pleins de choses à dire, mais si tu as des questions ou des interrogations, ou que tu as envie d’échanger sur le sujet, n’hésite pas à m’envoyer un message ou à m’appeler ! (mes coordonnées sont sur mon site 😉 je serais ravie d’en parler avec toi ! <3

    1. Merci beaucoup Sophie ! Ca me fait vraiment du bien de te lire 🙂 Oui je pense vraiment comme toi que c’est à chaque personne de valoriser ce qu’il fait et d’expliquer son métier Merci pour le livre que tu me conseilles Je regarderai 😉 Oui au plaisir d’échanger avec toi Pour l’instant je n’ose pas… mais je ne doute pas que ça viendra 😉 Belle journée a toi !

      1. tu n’oses pas m’appeler ???? OMG mais je suis sympa promis ! 🙂 🙂 🙂 lol. tu sais bien que je suis une personne tout ce qu’il y a de plus normale, avec ses doutes et ses hésitations aussi ! 😉

        1. 🙂 🙂 lol ! Oui je n’en doute pas ! Disons que je ne me sens pas encore assez claire sur le sujet (pour ne pas dire pro… ah ah ah! ) Je me trouve encore (trop) loin de l’être Mais lorsque j’accepterai de me reconnaitre coach alors oui je n’hésiterai pas 😉 Surtout ne le prend pas pour toi Et encore merci d’échanger avec moi 🙂

          1. mais pourquoi attendre de te reconnaître pro pour m’appeler ? d’ailleurs à quel moment tu te reconnaîtras pro ? justement en discutant ça pourrait t’aider à y voir plus clair ! et puis vu ce que tu écris, tu as déjà compris le principal 😉 . bon je vais arrêter d’insister ça va finir par ressembler à du harcèlement :-)))) et ça, c’est pas très coach ! 😉

  2. C’est vrai que l’on entend tout et n’importe quoi sur le métier de coach, qui est même souvent vu comme un faux métier ou une profession de charlatant, et c’est bien dommage…
    Car s’il existe effectivement des personnes qui n’ont rien d’un coach, d’autres en revanche sont de vrais professionnels qui arrivent à accompagner et aider leurs clients vers un mieux-être et un épanouissement de soi.

    Pour moi être coach c’est être à mi-chemin entre un psychologue (sans tout son aspect santé etc.) qui pose des questions et pousse à l’introspection et un professeur d’école qui amène un savoir tel quel et apprend à ses élèves à s’en servir.

    En tout cas je te souhaite de continuer sur cette voie et vu la passion que tu y mets je suis certaine que tu seras une coach formidable.

    Bisous,
    Pêche

    1. Oh merci Pêche 🙂 Tes mots me touchent Oui a nous de défendre ce beau métier Et j’ai encore pensé à toi cette semaine : j’ai à nouveau croisé une personne qui vit très mal avec son corps mince… tu vas vraiment aider beaucoup de personnes En tout cas je crois beaucoup en ton projet 🙂 Bisous !

  3. Il est clair que la notion d’accompagnement est une notion « phare » dans ce métier. Car comme tu le dis un coach n’a pas toutes les réponses et d’ailleurs ce n’est pas ce qu’on lui demande, sans compter que les réponses des uns ne seront pas celles des autres.
    C’est un travail à deux, entre le coach et la personne coachée, un travail autour d’une problématique connue – un vrai métier, et qui nécessite une vraie formation.
    C’est un métier qui m’a toujours intéressée…
    Grosses bises Emeline.

    1. Merci Marie Oui tu as raison, une activité de coaching se développe à deux et sa base est une relation de confiance, un lien qui se créé. J’aime parler de co-création. C’est chouette que ce sujet te parle… qui sait ! Gros bisous Marie

  4. Pour connaître une personne qui a passé un certificat de coach certifié et qui fait aussi comme toi, à apprendre en praticienne Gestalt. Elle se voyait bien combiné les deux, sauf qua finalement, elle se rend compte qu’il y a trop de monde qui se forment à ces métiers souvent choisis comme un tournant après une autre orientation professionnelle. Et pour avoir aussi fait du développement personnel, coté gestalt, il faut bien se l’avouer et être réaliste, avec tout le monde qui se forme à ces pratiques de coach et gestalt, il n’y aura pas du travail pour tout le monde et ce sera encore moins possible d’en vivre, car il faut du temps pour trouver des clients, et vivre de ça, car à temps partiel, autant te dire que si tu n’as rien à côté, c’est presque l’échec assuré pour vivre. Je crois que bien trop de monde se lance la dedans, voulant aider à tout pris sans avoir au moins une formation en psychologie un minimum une fac en psycho. Et si je peux me permettre, il y a beaucoup de personnes qui veulent se faire de l’argent sans trop s’investir. Pour ma part, je consulte une vraie psychologue clinicienne, un professionnel diplômé est un gage de sécurité pour le patient. Et les prix sont souvent plus accessibles avec un psychologue, qu’avec des psychopraticiens ou coach … Un coach n’est absolument pas un psy, et ne pas la même chose, il ne faut pas tout mélanger.

    1. Je suis touchée par tes mots Ils m’attristent Je te remercie pour ta sollicitude Je comprends que tu souhaites m’éviter un échec Je te remercie Je suis consciente de ne pas être la seule sur ce créneau Il est bien évident pour moi que le coaching et la psychothérapie sont 2 secteurs d’activités bien différents Je respecte ton point de vue personnel mais ne crois pas qu’il puisse être généralisé Je souhaite me faire ma propre opinion Et quoiqu’il advienne, je ne pourrais avoir aucun regret J’apprends, je vis, je rêve et pour moi, ça n’a pas de prix.

    2. La première qualité d’un coach c’est d’être positif et de stopper le négativisme, je t’encourage à le faire et à combattre pour prendre ta place, tu le mérites tout autant qu’une autre personne 🙂

  5. C’est un métier un peu bizarre pour :moi, qui peut aider beaucoup mais encore faut-il avoir été bien formé justement. Il doit y en avoir beaucoup qui essaient et peu qui soient excellents !

    1. Je comprends Oui c’est un métier qui me fait peur aussi J’espère vraiment sortir mon épingle du jeu et développer le professionnalisme que ce métier mérite. Je ne peux qu’essayer et y croire pour le moment A moi derrière de faire mes preuves et c’est flippant ! et en même temps hyper grisant 😉 Bisous Ornella

  6. Bonjour 🙂
    Il faut justement inverser les tendances et arrêter les discours formaté car c’est comme cela que beaucoup n’arrive pas à s’épanouir, on va leur dire vous n’avez pas assez de diplômes, vous n’êtes pas assez ci ou ça…Les bons coach vont justement à l’encontre de toutes ces idées reçues….je commence moi-même à me développer à ce niveau, je suis consultante au départ, mais je sens que mon activité intègre une jolie dimension de coaching…Et je n’ai rien à envier à un coach traditionnel car je fais un immense travail sur moi-même pour y arriver, je reviens de loin et j’ai rencontré des difficultés, je sais trop bien le chemin parcouru et tout ce qu’il me reste à parcourir mais aujourd’hui de positif. Mon message est un peu long mais quand je commente sur les blogs je préfère répondre avec qualité que d’acquiescer ou montrer mon désaccord sans plus d’explications. Comme je te disais c’est comme dans toute chose il y a du bon et du mauvais, il y a des très mauvais coach qui ont une formation certifiée et d’autres qui s’auto-proclame et ont toutes les qualités…
    Je crois au changement et à la force des convictions, le travail sur soi-même c’est la base pour aider les autres 🙂
    N’hésite pas à découvrir mon blog Y.B Paris, je viens d’écrire un article où je fais cadeau d’un PDF sur comment lancer son blog, ça te plaira de voir une autre vision 🙂
    Bien à toi 🙂

    1. Merci Marie-Caroline pour ton témoignage 🙂 Je connais de grandes coachs non formées Il y a en effet différentes voies pour y arriver Et chacun à sa place J’en suis convaincue 🙂 Comme je le dis dans mon article il ne s’agit que de ma vision, comment j’envisage d’exercer ce métier Belle route à toi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.