J’ai osé… appréhender la rentrée

La rentrée, c’est dans un peu moins d’un mois. Mais moi j’y suis déjà. Beaucoup sont en vacances ou s’y projettent. Pour moi, elles semblent loin et abstraites. Difficile de profiter de l’été, en ne sachant pas ou je vais… Je pense à Septembre et j’ai la boule au ventre. J’ai été recalée par mon école de Gestalt (Cf J’ai osé la persévérance). Mon CDD se termine fin aout. Nouvelle période de doute : que vais je faire à la rentrée ?

Oui j’ai pris une décision difficile, je ne poursuivrais pas dans la voie de l’aide a domicile… J’ai voulu essayer ce métier. (Cf J’ai osé me projeter dans un nouveau métier). Je me suis formée. J’ai signé un contrat de 2 mois pour expérimenter. Mais je ne m’y retrouve pas. Je suis même en difficulté. Face aux handicaps physiques, je suis désemparée. Entre la théorie et le terrain, il y a un gap. Et je n’arrive pas a franchir ce cap.

J’apprécie le contact avec les personnes âgées. Je n’ai aucune difficulté à faire l’entretien du logement, la toilette intime des gens. Je découvre avec intérêt la maladie d’Alzheimer. C’est la dépendance qui me fait peur. Je suis déstabilisée à l’idée qu’une personne est besoin de moi… Et si je n’assure pas ? Je me sens bloquée. Je perds toute liberté. Je sens le poids de la responsabilité et ne me sens pas assez solide pour le porter. J’ai ce sentiment que je ne peux pas flancher. Que je dois être forte pour deux et ça, ça m’est difficile à supporter. Pour avoir eu ce sentiment pendant des années, je ne veux plus y gouter. Et pour l’instant je ne sais encore pas bien comment rééquilibrer.

Mes angoisses sont revenues et mes médicaments sont réapparus… Je vais finir mon contrat. Et déjà, ce sera beaucoup pour moi. Certains pourront dire que je baisse vite les bras. J’ai envie de travailler, n’en doutez pas. Mais pas à n’importe quel prix. Je veux juste être bien dans ma vie.

Bien-sûr que je suis déçue. J’y ai cru. J’ai peur de regretter. De chercher l’impossible. Je me dis que mes choix sont risibles ! Et si j’attendais trop de la vie ? Dois-je accepter de vivre au quotidien avec mes anxiolytiques ? Apprendre à me satisfaire sans attendre plus… Je me sens perdue.

Je vais déjà essayé de profiter de l’été. Pas à pas. Septembre n’est que dans un mois. Stopper cette fuite en avant, et profiter du moment présent. Aout sera chargé. Je sais déjà que je vais avoir l’occasion de vivre des moments de joie et de bonheur intense. Je vais me reposer pour trouver l’énergie de recommencer… à la rentrée. Je ne dois pas oublier les angoisses surmontées. Valoriser le chemin parcouru. Ou j’en suis aujourd’hui, il y a quelques mois, je n’osais pas l’imaginer.

Et puis cette expérience me permet de me confirmer que mon ambition première est d’aider. J’aime écouter, partager. Rappeler aux gens les bonheurs de la vie. Les faire positiver. J’aime transmettre mon sourire et les entendre me dire merci. L’accompagnement est fait pour moi. Je commence à me dire que je suis sur la bonne voie.

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Rendez-vous sur Hellocoton !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *