Reconversion

Comment j’ai clarifié mon projet de vie

Comment ai-je clarifié mon projet de vie ? La question m’a été posée par Magali, une lectrice très inspirante décidément ! Elle m’a déjà permise de vous partager comment je vivais avec mes doutes dans un précédent article. C’est avec plaisir que je vous partage à présent mon expérience, bien que cette question me semble plutôt difficile. Je n’ai aucune potion magique à vous donner. Je peux simplement vous partager par quoi je suis passée pour arriver à dire : oui c’est coach, écrivaine et Gestalt thérapeute que je veux être.

 

En avoir l’envie

 

La base de la base vous me direz. Oui mais étape indispensable que de prendre la décision d’en faire une priorité. En décidant de quitter mon précédent employeur (et je ne dis pas que ça passe nécessairement pas là !), j’ai acté que ma quête de bien-être, savoir qui je voulais être, devenait mon but premier dans la vie.

 

J’ai eu besoin d’apprendre à me connaître. De savoir plus précisément, ce dont j’avais besoin, ce qui m’animait, ce que je détestais. Car finalement je savais dès le départ vers quoi je voulais aller. Mais rien n’était clair. Des bribes d’idées, que je ne voulais pas vraiment m’avouer. Des projets qui me semblaient fous et totalement inaccessibles. J’ai appris, avec le temps, à laisser parler mon coeur et à l’écouter. À accepter qui je suis et à me donner la place que je mérite.

 

M’affirmer, moi et mon projet

 

M’affirmer. Prendre soin de moi. Ne pas me forcer. Prendre le temps. Faire confiance. En parler et m’ouvrir sur mes difficultés. Avouer au monde et à moi-même qui je suis. Lâcher un paraître, une quête de la perfection, des attentes qui ne m’appartenaient pas. Faire le tri et toujours me faire accompagner. Je dirais que c’est essentiellement ce qui m’a aidée à éclaircir mon projet. Sûrement le plus difficile ! Pas facile de sortir d’une case dans laquelle j’étais calée. De lâcher toutes mes croyances auxquelles j’étais très attachée. D’afficher mes différences, mes difficultés et mes envies avec la crainte de décevoir, de paraître loufoque, et de perdre des amis…

 

Et pour m’aider aussi, j’ai appris à laisser plus de place dans ma vie à la créativité. Mais quel est le lien vous me direz ? Je suis convaincue qu’exprimer ce qui se passe en nous, ce que l’on ressent, quel que soit le support ou l’art que l’on utilise, est libérateur de notre étoile intérieure.

 

Une petite impatience ruine un grand projet. Confucius. Cliquez pour tweeter

 

Faire confiance au temps

 

J’ai appris également à accepter que la peur, l’incertitude, les émotions fassent partie de mon quotidien. À laisser tout simplement plus de place à la vie. J’ai osé rêver et me dire que je le pouvais. Ouvrir le champ des possibles. Oui cela peut arriver, et même à moi si je m’y autorise ! Ne plus tout vouloir contrôler. Lâcher prise.

 

Et accepter que d’éclaircir mon projet prenne du temps. Combien de fois j’ai lutté avec l’envie de retourner vers un semblant de vie d’avant ! En comprenant qu’à aucun moment, je suis maître de ce qui m’arrive, je me suis faite à l’idée que moi aussi, j’allais y arriver. Bien sûr que j’aurai aimé que mon projet devienne une évidence en seulement quelques mois. Pour des raisons de confort et financières évidentes. Mais parce que je ne veux plus me forcer, être dans le « il faut » à tort et à travers, j’ai appris à être patiente. Et pour l’instant, la vie me le rend.

 

Finalement plus j’ai su qui j’étais, plus j’ai cru en moi et me suis acceptée jusqu’à m’aimer, plus la vie que je souhaite mener est devenue une évidence. Clarifier mon projet est passé pour moi par clarifier qui j’étais.

 

♥ Pour continuer à me suivre, abonnes toi à ma newsletter. Et reçois mon ebook gratuit 🙂 ♥

  • 18
  • 1
  •  
  •  
  • 4
  •  
  •  
  •  
  •  

16 thoughts on “Comment j’ai clarifié mon projet de vie

  1. C’est vrai que les premières étapes se font dans l’ombre, à l’intérieur de soi.
    Avant de se lancer à corps perdu dans une telle aventure il faut être certaine que cela nous correspond réellement et n’est pas une simple image idyllique que l’on s’est créé…

    En tout cas je suis sure que pour toi c’est le début d’un beau voyage,
    Bisous
    Pêche

  2. C’est toujours très intéressant Emeline.
    Il s’agit d’un gros travail sur soi, d’introspection, de réalisation, d’acceptation. Tu me donnes des pistes. Mille merci.

  3. j’ai juste envie de dire : tu prêches une convaincue ! c’est une des raisons pour lesquelles le métier de coach est apparu : on a besoin de temps pour soi, pour se poser les questions, pour creuser et pour faire émerger à la surface ce qu’on sait au plus profond. quand on connait le bout de la route, c’est plus facile d’avancer ( même si on avance en zigzaguant !;-) )

    1. 🙂 oui les zigzags, pas arrière, pas avant, je connais 🙂 et oui être accompagnée est vraiment nécessaire je crois pour changer son regard sur les choses et sur moi Merci Sophie 🙂

  4. Oh comme je connais ça … je suis pile poil dedans ! Une sorte d’etat d’incertitude mélé d’inquietude mais tout en sachant qu’on va là on « doit » aller. Assez grisants comme sensations & sentiments. Par qui as tu été accompagné pour justement trouver ta voie ?

    1. Merci Ludivine pour ton partage 🙂 Oui je comprends totalement tes mots J’ai été accompagnée par une Gestalt thérapeute et par la suite un coach dans le cadre d’un bilan de compétences Bon cheminement à toi !

  5. Je n’ose pas quitter strictement mon boulot, mais j’ai pris la décision de passer en mi-temps, quitte à gagner moins de ma source de revenus sûre. Mon but, c’est de pouvoir démissionner avant la fin de mon année de mi-temps pour m’installer en freelance. Comme tu dis, une étape cruciale, c’est de s’autoriser à y croire, et d’y consacrer du temps ! Bonne continuation dans ton projet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.