Reconversion

J’ai osé… dépasser mes doutes

Magali, une lectrice (à nouveau, merci ♥), m’a demandée : « Qu’est-ce qui te donne des doutes en général ? Comment les combats-tu ? ». Avoir des doutes. Oui j’en ai. Et pour être transparente, ils sont même omniprésents. Ma thérapeute a également soumis l’idée, qu’ils fassent parties intégrantes de ma personnalité. Car oui, dès que je suis un peu déstabilisée, je reprends chaque axe de ma vie et me pose la question : est-ce vraiment utile ? ai-je pris la bonne décision ? est-ce que ça vaut vraiment le coup de continuer ? Une remarque, une interrogation sur mon projet, et le mécanisme est lancé. Et tout y passe ! Le blog, les amis, l’écriture de mon livre, mon projet de coaching, … Je suis bourrée d’appréhensions.

 

Le doute interroge ; la certitude désespère. Robert Sabotier. Cliquez pour tweeter

 

Quels sont mes doutes ?

 

Déjà 2 ans et demi que mon projet de reconversion est enclenché. Il m’aura fallu un an pour me retrouver, prendre soin de moi et découvrir mes envies. Mais aujourd’hui, mon ambition est claire. Devenir Gestalt thérapeute, écrivaine et coach. Malgré une ligne directive définie, reste à savoir comment y arriver et surtout si ce rêve est réaliste. C’est à ce moment-là que les doutes refont surface. Clairement, j’en suis assaillie ! J’ai tellement de questions sans réponse. Je ne peux m’empêcher de douter, d’être inquiète. Et si je fonçais dans le mur et que j’entrainais avec moi toute ma famille ?

 

L’argent me fait douter. Je crains de ne pas pouvoir vivre financièrement de ma nouvelle activité. Je l’ai lu, je le sais, il est difficile de vivre du métier de coach aujourd’hui. Bien sûr, à terme, j’y ajouterai mon activité de Gestalt thérapeute, et peut-être un jour d’écrivaine. Mais entre-temps, comment vais-je subvenir à mes besoins ? Et si je ne peux plus financer ma formation de Gestalt ? Je ne sais pas bien où j’ai mis les pieds…

 

Mon anxiété me préoccupe. Je crains de ne pas réussir à vivre et travailler avec mes peurs et mes phobies. Comment vont réagir mes clients face à mes potentiels tremblements ? Vais-je réussir à prospecter sans me laisser déborder par mes émotions ? Et si je perdais tous mes moyens, et m’écroulais sous la pression ?

 

Je doute de mes capacités. Sentiment d’imposteur quand tu nous tiens ! En ai-je vraiment  les compétences et le savoir-faire ? Vais-je pouvoir aider ? Je doute également de pouvoir concilier vie professionnelle et vie personnelle. Je me connais. J’ai tendance à mettre tous mes œufs dans le même panier. Et généralement, une fois lancée, ce n’est pas la famille qui l’emporte sur mon perfectionnisme…

 

Pour être plus directe, je doute avant tout de moi. Finalement peu de l’environnement, de l’économie ou de ce qu’il est possible de faire ou non. Car oui si j’ai entrepris ce projet c’est que j’y crois. Je doute tout simplement d’être suffisamment avancée dans mon cheminement personnel pour être prête à affronter tout ça.

 

Comment je dépasse mes doutes

 

Malgré tous ces doutes, je continue d’avancer. Car ils ont toujours été présents, et je crois qu’ils ne disparaitront jamais vraiment. Pour les apaiser et les voir diminuer, mon premier appui est le temps. Mon expérience me l’a montrée, à lui seul il résout bien des problèmes. Jamais je n’aurais imaginé, il y a 3 ans, en être là aujourd’hui ! Et qu’est-ce que je me sens de plus en plus épanouie !

 

Récemment j’ai également découvert la roue de l’apprentissage, et j’y crois vraiment. En me formant, en m’enrichissant de rencontres et d’expériences, passer petit à petit de « Inconsciemment incompétente » à « Inconsciemment compétente ». Je ne serai pas experte en 6 mois. Je détaille chacun de mes objectifs en sous projets qui me semblent alors plus accessibles. Et j’avance, pas après pas.

 

J’ai remarqué que ce qui me permettait de m’apaiser également était l’action. Agir pour moins penser. Tenter l’expérience. Oui l’audace apaise mes doutes. Je n’appréhende plus autant l’échec qu’avant. Comme Nelson Mandela l’a dit « Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j’apprends. »

 

Je reviens autant que possible à l’instant présent. Le plus grand de mes doutes est lié à l’anticipation. Nul n’est capable de prédire l’avenir. « Avec des « si » et des « peut-être », on pourrait mettre un cachalot dans une boite d’allumettes ! ». Je reviens donc à ce que je vis aujourd’hui . Et je le prends. Je veux croire aussi aux belles surprises. Elles existent.

 

Je m’appuie aussi sur ma force de résilience. Oui tomber est une possibilité. Mais je me reconnais la capacité de me relever.

 

Je garde contact autant que possible avec mon environnement. Souvent mes nœuds au cerveau apparaissent lorsque je me coupe du monde extérieur. Je me fais, toute seule, des films dans ma tête. Alors pour remédier et apaiser ma méfiance, je partage, j’écris, j’échange. En mettant des mots sur ce que je traverse, je prends un peu de hauteur. Je suis en bonne santé, je ne joue pas ma vie, je me sens aimée. Objectivement, je reviens à l’essentiel.

 

Je crois également à la loi de l’attraction. Grande optimiste, je ne crois pas au fatalisme. À la clé, c’est la vie dont je rêve ! J’ai donc une sacré carotte pour me faire avancer, passez moi l’expression ! Imagine, si je réussis ? Non mais je suis obligée d’essayer ! Et puis, je me sais entourée, ça aide. Je sais également que je peux changer d’avis. Voilà tout ce qui m’aide à avancer. Je suis trop curieuse, pour ne pas tenter ! Et j’ai aussi ma fierté 😉

 

♥ Pour continuer à me suivre, abonnes toi à ma newsletter. Et reçois mon ebook gratuit 🙂 ♥

  • 34
  • 1
  •  
  •  
  • 3
  •  
  •  
  •  
  •  

18 thoughts on “J’ai osé… dépasser mes doutes

  1. Quel courage, ces doutes, je les connais par coeur et ils m’ont plongé en juin et juillet dans un désarroi que je ne croyais pas possible d’atteindre en ce qui me concerne, et pourtant. Tu peux t’estimer fière de toujours avancer, petit pas, par petit pas.

    1. J’en suis navrée pour cette période de juin-juillet et suis contente que tu en sois sortie. Je ne sais pas bien si j’avance (j’en ai en tout cas pas le sentiment…) mais je garde le nord et ne rebrousse pas chemin 😉

  2. Merci pour ce très bel article Emeline!
    S’ancrer davantage, accepter ses faiblesses, apaiser ses pensées, autant de clés pour aller de l’avant et ne pas laisser les doutes gagner du terrain.
    Bravo à toi pour croire en toi et nous inviter à croire en nous.

    1. Merci Marie 🙂 J’essaye, oui. Je sais que c’est le principal travail qui m’attend en terme de développement personnel : apprendre a m’appuyer sur moi Bis

  3. Oh je crois que nous sommes bien nombreux.ses à être assaillis pour ce doute… Et en même temps je suis persuadée qu’il est aussi là pour nous faire avancer sans aller trop vite et tout gâcher. Il faut l’écouter sans lui donner une place prédominante. Mais toujours plus simple à dire qu’à faire…

    Des bisous Emeline,
    Pêche

    1. Oui c’est ce que je me dis Les autres aussi ont leurs propres peurs Et comme tu dis mes doutes me poussent à travailler un peu plus pour me sécuriser Merci Pêche ! Bis

    1. Oui je finis par penser qu’ils sont indispensables pour avancer Finalement ils nous obligent à nous reconnecter à ce que l’on souhaite vraiment 😉 Belle journée à toi Nadège 🙂

  4. Super article Emeline, comme toujours!
    Je vais mettre mon petit grain de sel de coach dans tout ça si tu me permets 😉
    Aucun rêve n’est trop grand: ça n’existe pas un rêve trop grand! Tes rêves sont à la hauteur de ton potentiel et t’invitent à donner le meilleur de toi-même pour les atteindre. Peut-être pas tout de suite, mais ça viendra 😉
    « Je sais qu’il est difficile de vivre de son activité de coach »: faux et archi faux! Désolé je m’emporte mais je n’en peux plus de cette croyance qu’on entend partout! Rien ne t’empêche d’avoir une activité pérenne très rapidement et de pouvoir vivre de ton activité en quelques mois ! Ah si une seule chose: toi-même ! Plus tu vis avec cette croyance éronnée plus tu as de chances que ça t’arrive en effet,…. D’ailleurs je vais lancer la semaine prochaine un mini cours «  Entrepreneure à Succès » gratuit de 7 jours sur mon site la semaine prochaine. J’y explique à toutes celles qui se lancent comme toi comment réussir dans la jungle de l’entreprenariat, et j’explique comment j’ai fait décoller mon activité, si ça t’intéresse.. 😉
    Des bisous !
    Élodie

    1. Merci Elodie 🙂 Ton mini cours a l’air top, comment s’y inscrire ? Je suis allée sur ton site pour en savoir plus mais n’ai pas trouvé l’info Je reste en alerte ! En tout cas merci pour ton partage il me rebooste et me fait le plus grand bien 🙂 Belle journée à toi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.