fbpx

Il a osé… De fonctionnaire à indépendant

De fonctionnaire à indépendant : il a osé

De fonctionnaire à indépendant – Quel plaisir de reprendre ma casquette de journaliste ! Et de te partager dans ce nouvel article, le témoignage de Romain, qui a quitté la fonction publique pour lancer son entreprise. Oui, imagine ! Tout ce que représente le statut de fonctionnaire et la sécurité de l’emploi associée… Parfois une vraie prison dorée… Romain a donc choisi d’ouvrir la porte et de voler de ses propres ailes. Voici son parcours et ce qui l’a amené vers une reconversion professionnelle.

Le terreau de sa reconversion

Romain - Il a osé la reconversion professionnelle

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

« Bonjour je m’appelle Romain, j’ai 36 ans et j’habite en Loire-Atlantique. Je suis marié avec un homme charmant. Je me définis comme une personne positive dont l’humain prend une place importante dans ma vie de tous les jours.

Que peux-tu partager sur ton parcours de vie ?

Côté professionnel, j’ai réalisé des études dans le tourisme, ensuite je suis parti travailler en Irlande pour améliorer mon anglais, car c’était catastrophique et j’étais conscient que j’avais besoin de parler cette langue dans mon avenir professionnel. Par la suite j’ai été saisonnier à plusieurs reprises dans différentes structures vendéennes et entre temps, j’en ai profité pour voyager ! J’aime beaucoup voyager pour aller à la rencontre d’autres personnes afin d’apprendre d’autres cultures. Je me suis stabilisé en ayant trouvé un travail en tant qu’agent d’accueil dans un musée, l’Historial de la Vendée. J’étais donc fonctionnaire puisque ce musée dépend du Département de la Vendée. J’ai vécu 11 belles années de travail avec des collègues formidables. Mais, je voulais changer… dans quoi je ne savais pas exactement…

Tu as développé aujourd’hui ta propre activité. Peux-tu nous en parler un peu plus ?

Avec une amie, connue en études de tourisme, nous avons créé notre entreprise :

« Start & Click ». Cela fait 17 ans que nous nous connaissons avec Juliette.

Il s’agit d’une agence de communication spécialisée sur les réseaux sociaux. Pour bien comprendre, nous réalisons la communication d’une entreprise sur ses réseaux sociaux. Nous intervenons pour les entreprises, mais aussi pour les collectivités publiques ou les associations.

En plus de ce travail, nous proposons d’autres prestations :

  • services de graphisme pour la réalisation de logo, d’affiches, de flyers et même pour des invitations par exemple pour les particuliers …
  • référencement naturel d’un site Internet avec le service SEO
  • la création et montage de vidéos
  • l’organisation de séminaires d’entreprise

Quel a été le déclic ou les éléments moteurs à ce changement de vie ?

Au fil du temps, mes missions au sein de l’Historial ont évolué. Ainsi, à partir de 2013, j’ai animé la page Facebook du musée, je créais donc des visuels pour les publications mais également pour l’affichage dans le musée. C’était pour moi une découverte, mais j’ai tout de suite aimé ce que je faisais. Dans ce cadre-là, j’ai eu la chance de pouvoir participer à une formation sur la communication digitale à Paris. C’était le déclic ! Grâce au formateur, M. Franck Confino, je voulais faire ce métier : community manager ! De retour de cette formation, j’ai proposé mes idées de développement des réseaux sociaux du musée à la hiérarchie, qui a refusé. Je voyais bien qu’elle avait peur des réseaux sociaux et que cela ne changerais pas de sitôt. J’ai donc postulé en tant que community manager général au sein du Département… sans réussite alors que je correspondais au poste. J’ai pensé que le Département ne me faisait plus confiance. J’ai donc commencé à postuler en extérieur dans le public, mais également dans le privé. Sans réussite non plus car ils préfèrent embaucher des jeunes sortant de ce cursus récent. C’est là que Juliette m’a appelé en juillet 2020 en me demandant si je voulais me lancer avec elle sur ce projet ! Alléluia ! J’ai tout de suite dit Oui. Il s’agit donc d’un ensemble d’événements qui m’a conduit à prendre cette décision.

De fonctionnaire à indépendant

Comment a réagi ton entourage ?

Mon mari m’a tout de suite soutenu dans ce projet, merci à lui ! Mes parents étaient un peu sceptiques, choc de générations peut-être, car pour eux, comme d’autres, quitter la fonction publique est un grand risque. Oui c’est un risque, mais pas tant que ça, quand on est conscient que son travail ne t’intéresse plus comme avant, quand on se lève le matin sans aucune motivation. Alors que désormais, c’est difficile certes,  mais excitant, enrichissant et j’aime ce que je fais. Mon frère et ma sœur m’ont encouragé également. Mes amis ne savaient pas trop quoi en penser au début mais ils me font confiance. Le plus délicat est le fait d’expliquer ce travail, car community manager un métier assez récent et méconnu.

Quitter la fonction publique/territoriale, ce n’est pas rien ! Quelles étapes as-tu suivi ? Quel process as-tu du respecter ?

Il a osé la reconversion professionnelle

On m’a dit un jour, la fonction publique est une cage dorée… Je ne comprenais pas à l’époque. Rassurez-vous j’ai bien compris dans ce process pour la quitter ! Depuis janvier 2020, la fonction publique autorise la rupture conventionnelle. J’étais ravi d’en faire la demande. J’ai eu un rendez-vous avec la responsable « mobilité » et l’ajointe au DRH, me présentant ce rendez-vous comme « à titre d’informations ». Elles m’annoncent qu’aucune demande de rupture conventionnelle n’a encore été acceptée au sein du Département. Oups ! Et que la démission n’était pas sûre d’être acceptée ! J’ai tout de même envoyé ma demande de rupture conventionnelle en septembre… J’ai reçu un courrier 3 semaines après en m’annonçant que c’était refusé. Pardon ? Je pensais pouvoir défendre mon projet devant une commission au moins, mais non. J’aurais tellement eu envie d’être écouté. Bref, il ne m’a pas laissé ma chance. Il me restait donc 2 options : la démission ou la mise en disponibilité. J’ai donc demandé la mise en dispo pour 6 mois, renouvelable. Mais je n’ai pas assez d’argent pour lancer l’activité, je ne pouvais pas avoir les allocations pôle emploi. J’ai donc travaillé 4 mois en intérim de janvier à avril 2021 afin de percevoir les allocations pôle emploi. Travail en usine que je connaissais déjà. Difficile, mais ce n’est pas insurmontable. Il a donc été difficile de sortir de cette cage dorée en sachant qu’il y a des moyens mise à disposition bien plus simples !

Oser la reconversion professionnelle

Qu’est-ce qui t’a aidé à dépasser tes peurs ?

À vrai dire, je n’ai pas eu peur. J’ai eu des doutes oui, mais ce n’était pas des peurs. Et pour faire partir ces doutes, ma réelle envie d’exercer ce métier m’a beaucoup aidé. Je suis quelqu’un d’optimiste donc pourquoi penser à la négativité ? Cela n’aide pas toujours ! Et aussi, mon envie de quitter la fonction publique était bien présente en moi. J’étais catégorie C, donc le plus bas de l’échelle. La hiérarchie n’écoute pas les agents comme nous. J’en avais marre de ne pas voir mes idées aboutir.

Quel bilan dresses-tu aujourd’hui de cette reconversion ?

Je me lance juste avec Juliette, je n’ai pas encore assez de recul. Mais je ne regrette pas. Même si notre entreprise ne sera peut-être pas rentable, ce qui ne sera pas vrai, ce n’est pas grave. On aura essayé et c’est une belle aventure humaine.

Oser une reconversion professionnelle

De fonctionnaire à indépendant

Quels conseils donnerais-tu à une personne souhaitant se reconvertir ?

Il faut surpasser les doutes qu’on peut avoir car cela en vaut vraiment la peine !

Ton parcours est plein d’audace. Qu’évoque ce mot pour toi ?

C’est drôle car le directeur du musée m’a envoyé un message sur Linkedin suite à un post personnel de mon nouveau métier de community manager en disant : « la chance sourit aux audacieux ! ». Je n’aime pas dire que je suis audacieux, mais c’est juste que j’avais envie de le faire donc après appelez-ça comme vous voulez du moment que je sois heureux !

Enfin, quel message souhaites-tu faire passer aux personnes qui te lisent ?

Arrêtez de chercher la négativité, que ce soit pour vous ou avec d’autres personnes. Cela ne sert à rien. Il faut accepter l’autre même si vous êtes en désaccord. Il faut savoir que nous sommes différents sur plein de choses mais cela ne nous empêche pas de bien vivre ensemble. On peut discuter entre êtres humains, nous avons cette chance.

Vous verrez, on peut bien vivre ensemble si chacun de nous fait des efforts !

À nouveau, un grand MERCI Romain 🙏, de t’être plié à l’exercice. Merci pour ton énergie et ton positivisme qui ressortent dans tes mots et qu’il est si bon de lire. Je te souhaite beaucoup d’épanouissement et de réussite. Bravo pour ce nouveau projet. Et longue vie à ton entreprise !

Et pour en savoir plus sur Start & Click, c’est par ici :

Leur site internet : https://www.startandclick.fr/

Leur page Facebook :https://www.facebook.com/startandclick

Leur page Linkedin : https://www.linkedin.com/company/72422559/admin/

♥ Pour continuer à me suivre, télécharge mes ressources gratuites !
Et reçois en cadeau mon ebook « Vivre la vie dont tu rêves » et ou mon cahier d’exercices pour graine d’entrepreneur ♥ (Vérifie tes spams pour confirmer ton inscription)
SI J'OSAIS Coach Nantes Gestalt Bilan de compétences Se reconvertir Reconversion professionnelle Coaching
SI J’OSAIS Coach Nantes Gestalt Bilan de compétences Se reconvertir Reconversion professionnelle Coaching
Il a osé… De fonctionnaire à indépendant

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour en haut