Feelings

J’ai osé… faire une analogie entre ma phobie et les TCA

TCA : Troubles du comportement alimentaire. Personnes anorexiques, boulimiques ou encore obèses. Je me suis toujours sentie proche de ces filles qui souffrent sans être comprises. Mes phobies sociales ne sont heureusement pas aussi graves et destructrices, mais elles sont, comme pour elles, la partie visible de l’iceberg. Sous l’eau, un grand mal être et pas mal de nœuds à défaire. Une maladie anxieuse qui entrave et m’empêche de me jeter dans la vie.

 

Hier, j’ai voulu regarder un reportage sur les TCA. Ne me demandez pas pourquoi. Un besoin, probablement, de me sentir moins seule dans ma difficulté. Un reportage m’a profondément touchée. Au point que je souhaite vous en parler. Les mots que les personnages filmés ont exprimé, m’ont fait écho. Bien que ce que nous traversons soit totalement différent, sur bon nombre de points, leurs témoignages parlent de moi. Voici leurs phrases :

 

6:20 « Si je ne suis plus malade, j’existe plus. Donc il fallait que je continue à être malade. Je sais qu’il va falloir que j’existe autrement que par la maladie. Mais en fait qui je suis, j’en sais rien. »


17:20 « Système de pensées qui tourne en rond, qui tourne en rond et qui est complètement obsédant.« 

 

33:05 « Comme si je sortais d’un enfermement. Oui, c’est pareil. Pour moi, c’est la pire des choses. C’est comme ci… C’est une vie gâchée. J’ai plein de choses que je ne fais pas. Que je m’interdis.« 

 

49:01 « C’est accepter d’être ouverte au fait qu’on peut peut-être gagner au loto un jour. C’est bête à dire. Et qu’on n’est pas juste des échecs répétés non-stop. Accepter de pouvoir réussir. »

 

50:20 « Pour une grande partie d’entre elles, perdre du poids c’est devenir femme. C’est devenir adulte. C’est se séparer des parents. C’est de s’engager dans la vie. Et c’est à ce niveau-là, que, bien souvent, elles sont bloquées. Puisque ça arrive à l’adolescence, à un moment donné ou, effectivement, l’enfant se structure pour devenir indépendant de ses parents, et commencer à vivre sa vie pour lui. »

 

Je ne compare pas leurs vies et la mienne. J’ai conscience de beaucoup de mes réussites. J’ai cette chance d’avoir créé ma famille et d’avoir beaucoup d’amis. Mon mal être n’est pas aussi grand. Je connais le bonheur, l’amour et la joie. J’ai conscience de ma chance.

 

Je ne cherche pas non plus à leurs ressembler. Simplement à partager ma souffrance. Les éléments déclencheurs de mes phobies, et ce que je ressens aujourd’hui, peuvent être proches de ce qu’elles vivent dans leurs maladies. Je partage cette ambiguïté de vouloir m’en sortir et la peur de réussir. Cette angoisse de me lancer dans la vie. Je ne suis pas née phobique, comme elles ne sont pas nées avec leurs TCA. Je ne souhaite pas que cette difficulté me définisse. Je me sens bloquée comme enfermée. Et me sens si coupable et responsable. J’ai l’envie, manque le courage. Reste à savoir qui je suis et à reprendre confiance en moi.

🙂      Cet article a fait parti de la sélection Inspilia le jour de sa parution         🙂

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

  • 4
  •  
  •  
  •  
  • 3
  •  
  •  
  •  
  •  

8 thoughts on “J’ai osé… faire une analogie entre ma phobie et les TCA

  1. Je dois avouer que ton article m’a beaucoup touchée, je connais plus que profondément ces douleurs et dilemmes et j’ai même eu du mal à lire les petits extraits de reportages que tu nous as partagé. Une boule s’est formée dans mon ventre et mon coeur s’est resserré.
    Je te souhaite du fond du coeur d’aller mieux, pas à pas, petit à petit, malgré les creuvasses et les retours en arrières que tu trouveras sur ton chemin.

    A bientôt,
    Pêche
    https://pecheneglantine.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.