fbpx

J’ai osé… accepter que l’on veuille m’aider

Être aidé – Ma psy Gestaltiste m’a invitée, pour m’aider à renouer avec la vie et laisser la mort de côté, (cf J’ai osé… vous raconter ma solitude) à modifier mon lien aux autres. Kesako ? Sans certitude, aucune, je pense qu’elle m’a proposée de modifier ma façon de me comporter dans mes relations amicales ou familiales. En tout cas, c’est ce que je me suis imaginée… Mais quoi changer ? J’ai mon idée : et si j’acceptais que l’on veuille m’aider ?

 

Mes liens d’amitié

 

J’ai la chance énorme d’être entourée. De personnes bienveillantes, aimantes et attentionnées. Je ne dis pas ça pour me faire mousser ou pour énerver, mais c’est un constat que j’ai fait. Je peux m’appuyer sur des liens forts, dans ma famille ou en amitié. C’est ma richesse. Pour rien au monde je ne voudrais la perdre. Mais dans ces liens que j’entretiens, je prends beaucoup de responsabilités.

 

J’entends par là que j’ai cette croyance que si ça fonctionne, c’est en grande partie grâce à moi. Et si ça échoue, n’en parlons pas… Je me sens garante de créer et d’entretenir ces liens. Comme si tout ne dépendait que de moi… Attentive, je m’assure que je n’abuse pas de l’amour ou de l’amitié que l’on m’octroie. Je me sens obliger de doser pour ne pas abuser. Sur le qui-vive, j’ai cette crainte constante d’être rejetée.

 

Je me dois avant tout de penser à l’autre. Biensur je ne m’oublie pas et sais aussi m’appuyer sur mon entourage, mais en petite quantité. Je suis là pour leurs apporter de la joie et de la gaieté. Je veux bien les embêter, mais pas trop. Sinon ce n’est pas rigolo. Et puis, qu’est ce qu’il aurait a y gagner ? Ils doivent s’y retrouver.

 

Pas facile d’être aider

 

De surcroit, j’ai un mantra : les autres ont autre chose à faire que de s’occuper de moi. Et ça j’y crois ! Je ne peux pas imaginer que veiller sur moi puisse passer avant quoique ce soit. Que ça puisse leurs apporter du bon. Oui j’ai les pleins pouvoirs ! Je sais mieux qu’eux, ce qu’ils ont envie ou besoin de faire. C’est moi qui mène la danse. Je suis dans ma toute puissance ! (cf J’ai osé… dévoiler ma toute-puissance).

 

Et puis aussi je ne veux pas les inquiéter. Ils ont leurs soucis, je ne suis pas là pour en rajouter. Mon besoin et mon désir, c’est qu’ils soient heureux et bien. J’ai envie d’y contribuer. Et ça ne peut passer, que par de la légèreté.

 

Ils ont plus de valeur que moi a mes yeux. L’important c’est eux. Mais être considérée c’est exister… elle est peut-être là la clef. Peut être que je dois réajuster. Leurs faire confiance. Et si je commençais à imaginer qu’ils puissent, même si je suis dans le lourd, être toujours à mes côtés ? Qu’ils puissent avoir envie de m’aider ? Pour l’instant je ne me fais pas du tout à l’idée. Je vais toutefois  l’expérimenter.

 

Une amie a proposé de venir passer la journée avec moi. Pour me remonter le moral. Et j’ai accepté… J’avoue je suis stressée. Je ne comprends pas bien pourquoi et je n’arrive pas à m’empêcher de penser que j’abuse, que j’exagère …  Qu’elle a bien mieux à faire… Que ça ne va pas durer et qu’elle finira par me lâcher… Et si je commençais à imaginer que ça ne sera peut-être pas le cas… Que peut-être même, notre lien va s’en trouver renforcé ? J’ai envie de le croire parce que cette amie, je l’aime, je ne veux pas la perdre. J’ai besoin d’elle à mes côtés.

 

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

♥ Pour continuer à me suivre, télécharge mes ressources gratuites !
Et reçois en cadeau mon ebook “Vivre la vie dont tu rêves” et ou mon cahier d’exercices pour graine d’entrepreneur ♥ (Vérifie tes spams pour confirmer ton inscription)

🚀 Besoin d’être accompagné(e) ? Prend contact avec moi ! 📮

J’ai osé… accepter que l’on veuille m’aider
  •  
  •  
  •  
  •  

2 commentaires sur “J’ai osé… accepter que l’on veuille m’aider

  1. Je me retrouve dans certaines de tes lignes…
    Pas facile de demander de l’aide. Quand le coup de massue est arrivé, je n’ai même pas eu à demander, l’aide est venue, mes besoins ont été anticipés, chacun / chacune a répondu présent.
    L’amitié ça va dans les deux sens. Il faut accepter de recevoir…
    Ca va bien se passer.

    1. Oui merci 🙂 pour l’instant ça me fait encore flipper mais je suis sure qu’une fois que j’y aurai gouté… ! 😉 Merci pour ton mot Bon après midi à toi et a très vite de te lire ici ou sur ton blog 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour en haut
%d blogueurs aiment cette page :