Interview

Bore-out et reconversion : témoignage de Marie

Bore-out et reconversion - Quand l'ennui pousse à changer de voie

Bore-out et reconversion. D’aussi loin que je me souvienne, depuis que j’ai ouvert ce blog, je suis en lien avec Marie. Une super écrivaine – oui, j’ose le dire -, qui partage ses états d’esprit, pensées mais aussi ses textes sur son blog. Ses mots, très souvent, me touchent, quand elle partage ses récits de vie, et son regard sur le Monde, comme elle l’écrit. Au fil de ses articles, je découvre qu’elle se lance un nouveau challenge professionnel : devenir une professionnelle du bien-être. Quelques échanges plus loin, nous voilà à discuter sur sa reconversion. Et c’est avec un plaisir immense, que je vous partage son expérience. Avec ses mots, elle a accepté de raconter ici, son parcours de reconversion. Voici son témoignage :

Bore-out ou l’ennui au travail

« Un jour, deux jours, une semaine, un mois. De 9 h à 18 h, que c’est long de ne rien faire. Regarder ma boite mail et ne rien trouver à part quelques mails vite traités et classés. Aucun projet. Aucune réunion. Aucun déplacement à prévoir, voyage à organiser. Faire le tour des blogs, écrire quelques articles. Puis sentir la lassitude me gagner.

Un matin, il a fallu se rendre à l’évidence, je ne pouvais pas continuer ainsi. J’avais l’impression d’être une fleur privée d’eau, qui dépérissait. Je me demandais bien à quoi j’allais pouvoir occuper les jours à venir.

Bore-out et reconversion - Poussé par l'ennui, Marie cherche un nouveau sens à sa vie

Chaque fois, la même déconvenue devant mon écran d’ordinateur. Chaque jour, la même impression de m’enfoncer un peu plus, de perdre en confiance, en envie, en énergie. Je ne faisais rien et je ne me voyais plus capable de rien. 

Puis être accompagnée

Bore-out et reconversion - Se faire accompagner dans sa reconversion

J’ai donc fait le grand saut d’une séance de coaching – séance découverte (avec Sophie). Je ressentais le besoin de mettre cartes sur table. On verrait ensuite. Il fallait déjà débroussailler le terrain. La première séance a dépassé mes espérances, j’étais lancée. S’en sont suivis trois mois de coaching, à raison d’une séance par semaine. 

Mon objectif était clair et précis. Mon boulot ne m’apportait clairement plus. Mon environnement de travail n’était pas particulièrement apaisant. Par contre mon métier, je l’aimais. Si bien qu’à un moment donné, s’est posée la question : le même métier dans une autre entreprise, un autre service ? 

Oui, mais. Oui mais, à quelle échéance allais-je m’ennuyer ? Oui mais, mon expérience témoignait de mon manque cruel d’entrain après deux ans grand maximum dans un même poste. Une fois installée dans une routine, plus rien à apprendre, je végétais. 

Bore-out et reconversion

Et puis un jour, une idée comme ça. Et si l’argent n’était pas un « problème », qu’est-ce que je ferais ?

La réponse a été immédiate : j’accompagnerai les autres vers un mieux-être, un bien-vivre, je serai thérapeute. 

Le métier de thérapeute est large. Il y en a de toutes sortes, à tous les niveaux. Art thérapeute, Hypno thérapeute, Gestalt thérapeute, Psychologue et j’en passe. Il y a les thérapeutes de l’esprit, du corps. Je ne vais pas m’étendre sur le sujet. 

Bore-out et reconversion - Quand aider les autres devient une évidence

 J’ai cherché, interrogé les personnes autour de moi, pris des contacts, posé des questions, je me suis rendue sur un salon, j’ai rencontré une école. Ça n’a pas été évident, car ces choses-là ne sont pas évidentes pour moi. Mais je savais aussi que c’était « maintenant ou jamais ». L’idée m’avait déjà traversé l’esprit, à plusieurs reprises, à des périodes clé de ma vie. Et j’avais laissé l’occasion filer. Je savais que si je renonçais encore une fois, ça ne serait que pour me prendre une nouvelle claque dans 3, 4 ans tout au plus. 

Le doute comme compagnon de route

Bore-out et reconversion - Témoignage de Marie

J’ai beaucoup douté. Et puis, un jour, ça a été une évidence. 

Ce serait thérapeute en relation d’aide. Pour accompagner des personnes sur des sujets comme la confiance, le deuil, les changements de vie, les conflits intérieurs…

Une fois mon choix posé, je me suis sentie plus légère. Les journées de travail n’ont pas changé, mais mon état d’esprit si. Et cela m’a grandement aidé à gérer. Il y avait autre chose dans ma vie professionnelle. Il y avait de la vie justement. Ce fut une grande bouffée d’air frais. 

La semaine dernière, je me suis ENFIN inscrite pour ma formation qui débute en Novembre 2019. J’ai eu la dernière place de la session ! C’est donc avec un mélange d’excitation et d’appréhension (humain) que j’envisage la rentrée. La formation dure deux ans. Au terme de celle-ci, je n’ai pas de plan précis en tête, je sais juste que les choses se feront progressivement, à mon rythme. Que je le trouverais quand le moment viendra. Les inquiétudes des autres glissent désormais sur moi. Leurs peurs ne sont pas les miennes. Quant aux miennes, je les apprivoise jour après jour. J’ai déjà franchi de grands caps et ce n’est que le début de l’histoire… » 

Bravo et merci !

À nouveau merci Marie pour ce chouette témoignage plein d’espoir. Oui, se reconvertir prend du temps et amène beaucoup de questionnements. Mais quel plaisir de se sentir en vie et alignée par la suite ! Je te sais à ta place et suis avec toi 🙂 Bravo pour cette belle étape de vie et au plaisir de te lire pour, entre autre, découvrir la suite 🙂

♥ Pour continuer à me suivre, abonnes-toi à ma newsletter. Et reçois en cadeau mon ebook ♥ (Vérifie tes spams pour confirmer ton inscription)

Besoin d’être accompagné(e) dans ta transition professionnelle ? Je peux être là pour toi ! En face à face, ou en ligne. Pour en savoir plus, clique ici.

  •  
  •  
  •  
  •  

12 réflexions au sujet de « Bore-out et reconversion : témoignage de Marie »

  1. Merci Emeline pour m’avoir laissé partager mon expérience et nouveau choix de vie.
    Merci également pour tes mots sur mes écrits qui me touchent et me motivent aussi!!

  2. Merci pour ce témoignage de Marie, mon ami aussi depuis que je tiens mon blog. Je suis très contente pour elle ! On ne se connais pas mais je suis également abonnée à ton blog.

  3. il y a des employeurs agissant exprès comme cela pour obtenir une démission en sous-chargeant une personne abusivement, quantitativement ou qualitativement : il s’agit d’une manœuvre assimilée à un harcèlement moral et peut être poursuivie comme telle : voir La prévention du harcèlement moral au travail : http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/psychologie-du-travail/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=163&dossid=403

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.