Feelings

J’ai osé… montrer mes émotions

Je suis encore toute chose. Toute guimauve. Dans ma bulle après ce weekend de formation très ressourçant. J’ai beaucoup ri, mais aussi pleuré. Toutes ces émotions ! Joie, peur, tristesse, colère… C’est tellement nouveau pour moi. Non pas de les ressentir mais de les montrer, de les laisser s’exprimer.

Oui car je ne les ai jamais exposé. Biensur que j’ai déjà ri, déjà pleuré. Mais la plupart du temps, j’ai ri doucement, j’ai pleuré seule. Ou face à mon conjoint, qui a eu l’exclusivité pendant des années. Mes émotions elles étaient pourtant là, mais souvent en boule, juste au dessus du ventre, jusqu’à me faire mal parfois physiquement. Je mettais en place une force contraire pour les retenir. Une forteresse. Une carapace. Si je l’ai fait si souvent, c’est que je ne pouvais pas les montrer. Elles étaient ma faiblesse, ma faille. Je me devais de garder la tête froide. Bizarrement chez les autres je trouvais ça beau. Je n’ai jamais jugé une personne qui pleurait devant moi. Je le voyais plutôt comme un cadeau, une marque de confiance. J’avais envie moi aussi d’offrir ça.

Lorsque j’ai cessé de travailler et repris le travail sur moi, c’est une des choses que je souhaitais le plus réussir à faire: arrêter de les retenir, montrer mes émotions, montrer au fond, qui je suis vraiment.

Et oui j’ai réussi ! Et vraiment j’en suis fière. Je me sens honnête avec moi mais surtout avec les autres. Oui je pleure, mais c’est moi. Je vis.

Cela c’est fait petit à petit. D’abord devant une amie, puis une autre, puis plusieurs. Ces moments furent magiques. Une fois les larmes coulées, mes amies étaient toujours là. Elles me consolaient, me rassuraient. Je craignais de les mettre mal à l’aise, de les rendre triste, de gâcher une ambiance ou pourrir l’instant. Mais non, encore et toujours une croyance. Cette idée que j’avais en moi que les autres avaient bien assez à se soucier d’eux. Que mes émotions et moi pouvions nous retenir, nous contenir. Mais vraiment ça fait du bien de lâcher, de s’exprimer. Je sais aujourd’hui qu’elles me rendent plus humaines, plus accessibles. Que c’est une vraie chance. J’ai cette fierté d’y être arrivé.

Je me sens bien et libérée. Comment j’y suis arrivée? Probablement en en parlant, avec ma psy. Puis en essayant petit à petit. En m’y autorisant, en osant. Je suis contente de lâcher prise. Je n’ai pas encore réussi à pleurer devant certaines personnes de mon entourage, souvent très proches.  Mais c’est encore parfois tellement d’insécurité. Et puis cette peur de blesser… Mais je sais que je vais y arriver. Je vais réussir à me montrer.

  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  

2 thoughts on “J’ai osé… montrer mes émotions

  1. « elles me rendent plus humaines, plus accessibles », pour reprendre tes paroles. Je suis 100% d’accord, et j’ai pu le vérifier moi-même, ou comment passer d’une personne en apparence froide, à qui on n’ose pas montrer ses propres faiblesses,, à une personne avec qui on partage volontiers ses émotions, puisqu’elle nous a prouvé qu’elles pouvaient ressentir les même… 😉

  2. Ah les émotions,! Un bien grand mot pour certains d’entre nous (MOI la première)
    En lisant cet article je me dis que j’ai du chemin à faire mais le chemin n’est pas forcément le même pour tout le monde. On est tous différents. On a tous une histoire différente. Pour ma part j’ai commencé a prendre conscience de mes émotions il y a un an lors d’un stage sur la confiance en soi. Aujourd’hui mes émotions je les accepte, il faut maintenant que je sache les exprimer face à mes proches. En tout cas la parole libère et donne de la force. J’en suis sûre, un jour j’y arriverai. Encore bravo à toi!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *