Feelings

J’ai osé… l’hyper-responsabilité

L’hyper-responsabilité. Où comment je suis convaincue, que si quelque chose tourne mal, il y a eu négligence de ma part. Je suis forcément coupable. Tout naturellement, je porte le fardeau pour deux et minimise la part de l’autre. J’ai forcément commis une faute. Mais j’apprends à ouvrir les yeux. En multipliant les expériences. Petit à petit, je prends conscience que je n’ai pas ce pouvoir. Qu’il y a aussi un environnement et des personnes autour de moi. Qu’en prenant en compte ce qui m’entoure, il y a plein d’autres leviers à actionner. Et si j’apprenais un peu plus à me respecter ?

 

Un ami me propose un déjeuner. Je ne l’ai pas vu depuis un an et nous  nous côtoyons, d’un point de vue plus amical, que depuis 2 ans. J’ai déjà pu vous en parler ici (Cf J’ai osé dépasser ma phobie), déjeuner avec des personnes autres que mon cercle amical ou familial très proche est pour moi un réel défi. Mes angoisses reviennent : en suis-je vraiment capable ? Je redoute mes tremblements et me sens très mal à l’aise. Mais j’accepte tout de même l’invitation. Mon envie de le voir est plus forte et, au fond de moi, je lui fais confiance.

 

RDV est pris dans une brasserie. Je suis très angoissée et lui partage ma difficulté. Il ne me juge pas et connait ma fragilité. Nous entrons dans le restaurant, plutôt petit et bondé, et le patron nous annonce qu’aucune table n’est disponible. Nous aurions dû réserver. Soulagée et déçue à la fois (mon défi tombe à l’eau), nous nous résignons à déjeuner au Mac Do. Et là, surprise ! Le fast food est fermé pour travaux ! Moi qui m’étais faite à l’idée que je ne me confronterais pas à ma phobie (et oui manger avec les mains sans couverts ne m’effraie pas… oui, on ne se moque pas), voilà que ma peur se réactualise !

 

Nous sommes nous-même la solution. – Swami Chidananda. Click To Tweet

 

J’aperçois un autre restaurant pas très loin et lui propose. Ouverts à cette idée, nous stationnons la voiture et entrons. Il s’agit d’un routier. Une vingtaine d’hommes en tenue de chantier se serre dans l’entrée. Et plus loin, un comptoir ouvert, où, muni d’un plateau, chacun se sert. Nous suivons la queue pour accéder au self. Et là, l’angoisse monte à nouveau… Je me visualise me servir devant toutes ces personnes… Mon ami comprend que la situation est critique. Bienveillant et attentif, il me propose que l’on fasse demi-tour. Je l’en remercie et saisis l’occasion avec plaisir.

 

Nous voilà donc devant la façade d’un quatrième restaurant. La salle est aérée et immense. Beaucoup moins de monde et je me sens tout de suite plus à l’aise. Je ne vais pas faire durer plus longtemps le suspens : oui, j’ai passé un super bon moment ! Dès le palier de cette brasserie passée, ma peur s’est envolée ! Mais comment ? Sur le moment je ne saisie pas et ne cherche pas vraiment. Et maintenant je comprends. Mon hyper-responsabilité m’a fait portée la faute de mes angoisses. Et si le lieu y était aussi pour quelque chose ? Je prends alors conscience que mon mal être ne vient pas sans raison. Je ne me sens tout simplement pas à l’aise lorsqu’il y a plein de monde. Et l’idée de me servir devant tout un tas de personnes… surtout lorsqu’il s’agit d’un groupe d’hommes… Ma phobie n’est pas irréversible. Je dois simplement apprendre à écouter les signes.

 

Ah l’hyper-responsabilité !

 

Je voudrais tellement pouvoir être la même quelque soit la situation. Imperturbable. Et si je n’y arrive pas, je me persuade que chez moi, quelque chose ne va pas. Je me culpabilise. Et même, me dévalorise. Je préfère me reconnaitre coupable plutôt que d’avouer que je suis impuissante. Si je tremble, c’est que je ne sais pas gérer. Mais ça, c’était avant. Je sais aujourd’hui qu’il s’agit simplement de m’écouter et de faire différemment. Je ne peux pas forcément tout changer chez moi. J’ai envie d’accepter ce que je suis. À moi de trouver les bons endroits, et surtout de garder les vrais amis 😉

 

♥ Pour continuer à me suivre, abonnes toi à ma newsletter. Et reçois mon ebook gratuit 🙂 ♥

  • 19
  •  
  •  
  •  
  • 1
  • 1
  •  
  •  
  •  

6 thoughts on “J’ai osé… l’hyper-responsabilité

  1. tu sais il y a quelques semaines j’ai lu un livre de Christophe André sur les phobies et les peurs. tu devrais le lire ! pour résumé très grossièrement : déjà pour commencer tu n’es pas responsable de ta phobie. c’est comme si tu disais a un diabétique qu’il est responsable de son état. alors non, en aucun cas tu ne dois te sentir coupable. ensuite il parle de la façon dont il gère les phobies avec ses patients. en therapie comportementale. en allant affronter la phobie, mais pas n’importe comment. petit à petit, par étape. mais en restant tout de même suffisamment longtemps dans la situation stressante, jusqu’à ce que la peur diminue. enfin bref, ce livre est vraiment très intéressant ! et je vois que tu identifies bien les situations vraiment stressantes pour toi. c’est super d’avori un ami compréhensif qui a su te soutenir a ce moment là !

    1. Merci beaucoup pour ton partage Oui j’ai tendance à me détester moi et mes angoisses et voudrais tellement reprendre le dessus et tout contrôler… J’apprends à lâcher prise. Je ne lis pas beaucoup mais peut être que j’y jetterai un oeil 😉 Je me le dis tous les jours que j’ai beaucoup de chance d’avoir des amis aussi compréhensifs En même temps on s’ait choisi 🙂

    1. Ne t’en fait pas Ca se fait 😉 Et puis je suis confiante sur le fait qu’en multipliant ce genre d’expériences la peur va s’estomper 🙂 Bon we a toi Ornella <3

  2. J’ai connu ça…je me suis forcé quitte à être très mal à l’aise..et puis c’est parti doucement
    On pense que tout le monde nous regarde en réalité personne ne prête attention
    Philippe Bertin
    .

    1. Merci Philippe pour ton partage Ce qui reste le plus dur pour moi n’est pas le regard de l’autre, car en effet, très souvent il ne s’aperçoit de rien, mais la peur, l’angoisse que je ressens. Comme tu le dis si bien, je m’y confronte de plus en plus et elle s’atténue. Oui je garde confiance 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.