Feelings

J’ai osé… l’humilité

Ah l’humilité… Je croyais en être bourrée… Et pourtant je perçois déjà mes limites. Ou comment j’ai du mal a raconter, que bientôt, j’exercerai un job peu valorisé. Pas facile. Pas facile de sortir de mes représentations sociales bien encrées et d’assumer. Oui après avoir été cadre dans une société, je vais exercer le métier d’aide a domicile… L’écart est grand, professionnellement parlant… Mais je ne compte pas laisser le regard des autres me faire changer d’avis. Mon ego n’a qu’a bien s’accrocher.

Car oui ce que j’ai entrepris est osé. Non, je ne suis pas les dictats de la société. Et clairement cela me va bien. J’ai décidé que je ne choisirais pas mon futur métier en fonction du salaire ou du niveau d’études associé. Je souhaite avant tout qu’il me plaise. J’ai besoin de m’y retrouver. Mais là je suis dans le blabla… revenons plutôt à la réalité ! Et en pratique c’est compliqué… J’apprends la couture, le repassage, a passer le balai… Rien d’exaltant, ni de passionnant. J’ai bien conscience qu’il n’y a pas de sot métier. Mais entre le dire et l’exercer…

J’ai osé mettre ma fierté de côté

C’est déstabilisant. Je me prends a douter. Mes veilles croyances réapparaissent. Ou comment être rattrapée par l’idée que le métier que l’on exerce définit qui l’on est. Je les vois ces regards sur moi, quand je suis dans le couloir de mon centre de formation, à m’entrainer à serpiller. Les regards des personnes qui ont leur bureau juste à côté et qui ne daigneront pas m’adresser un sourire, surement par peur de se salir… Je le sais bien que la société a associé ce métier aux personnes à faible facultés… J’apprends à ravaler ma fierté. Et a recracher toutes ces idées préconçues que j’ai ingéré à mon insu.

Pas facile d’imaginer décevoir ou de se sentir jugée. Je me sens l’obligation systématique de me justifier. Comme si en devenant aide a domicile, j’avais du même coup perdu toutes mes capacités.

Mais surtout j’apprends à valoriser ce métier. Je défis n’importe quel patron ou avocat d’aller se frotter aux difficultés d’une personne âgée. Non, tout le monde n’est pas en mesure d’y arriver. Il faut avant tout de l’humilité. Reconnaitre que l’on n’est pas grand chose en ce monde et que l’on finira tous par décliner. Aider les autres est le plus noble des métiers. Non je ne suis pas meilleure qu’un autre ou plus mauvaise. Je n’ai pas changé. Ou si, peut être, j’ai gagné en sagesse et en maturité.

—————————————————————————————

🙂 🙂 🙂 Cet article a été repris et publié sur www.huffingtonpost.fr

Il a également été coup de coeur sur www.hellocoton.fr ! 🙂 🙂 🙂

🙂 🙂 🙂 Plus de 500 personnes l’ont lu tout comme toi ! 🙂 🙂 🙂

  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  

24 thoughts on “J’ai osé… l’humilité

  1. La photo de couverture est trop belle !!! 😉

    Moi, je trouve tellement belles ces histoires de gens qui ont des métiers où ils gagnent une blinde et se tuent au boulot, et du jour au lendemain, décident de revenir à l’essentiel, de voir ce qu’il y a de plus beau, dans la simplicité et l’entraide.

    Je valide à 100% ce rapprochement sensuel vers l’humilité ! 🙂

    1. Merci beaucoup Ornella ! Oui c’est tout à fait ma démarche et j suis contente de ne pas avoir attendu 50 ans pour le faire 😉

  2. C’est étrange ce que tu dis sur le regard des autres parce que je viens de passer le weekend avec une amie qui exerce ce métier justement et je trouve son engagement et son professionnalisme exceptionnel. C’est un métier humain et qui demande aussi beaucoup de bienveillance, d’acceptation de l’autre, d’énergie aussi et dans lequel on peut évoluer – mon amie par exemple s’occupe depuis plusieurs années d’un enfant handicapé et vient de débuter des cours de Langue des Signes pour pouvoir mieux l’accompagner au quotidien.
    Sois fière de toi pour ton choix!

    1. Merci ! Oui tu as raison c’est un beau metier Pour certaines personnes on ne fait que le ménage mais c’est bien plus que ca Je suis contente que tu le vois comme moi 😊

  3. Je comprends entièrement ce que tu veux dire.
    Après des études en musicologie, je me suis retrouvée à travailler dans un grande chaine de restauration rapide en tant qu’employée polyvalente. Mon ego en a pris un sacré coup.
    Et pourtant, c’est un métier vraiment difficile, qui gagnerait à être valorisé.

    On veut toujours le meilleur, c’est bien normal.
    Ma famille est une famille d’ouvriers et d’anciens agriculteurs. Je voulais être « mieux ». Plus « haut ».
    Pas parce que je dévalorise tout ça, bien au contraire. Mais parce que je ne voulais plus être associée à la pauvreté, aux « smicards », à la galère. Et que je voulais que mes capacités soient vues et reconnues.

    Tous mes amis, tous les gens qui gravitent autour de moi en dehors du cercle familial ont de superbes situations. Leurs parents ont de l’argent, ils ont fait des études d’ingénierie, ils se retrouvent dans des grandes boites, ou sont profs. Pas le même salaire. Clairement, nous sommes les plus « pauvres » de notre cercle.

    Mais toutes ces considérations sont illusoires. Aujourd’hui, je suis chargée de communication, et d’un coup, je prends plus de valeur dans le regard des gens. Ils croient que je gagne bien ma vie, ce qui pour moi est le cas. Ce que je gagne me suffit amplement. Mais je ne touche pas grand chose de plus qu’un smic.

    Et quand je fais la comparaison … Je me dis que franchement, proportionnellement parlant, un employé polyvalent devrait plus toucher d’argent et de reconnaissance que moi, maintenant. La dose de travail et la force physique et mentale qu’il faut pour y arriver … C’est comme comparer une cabane à un immeuble.

    Tu fais un beau métier. Un métier utile. Et difficile. Tu apprends aussi une belle leçon, et je suis sûre que tu vaincra tous ces a priori.

    1. Merci beaucoup Oui beaucoup de nos représentations sont liées au statut et metier de nos parents Besoin de se différencier probablement Merci beaucoup pour ton partage

  4. La pression sociale est vraiment dans tous les domaines. Trop de gens qui jugent sur tout (vie pro, vie perso,etc). Les préjugés ont la dent dure… merci pour cet article qui nous rappelle que l’on ne définit pas un Être par son statut social, ou ses revenus. Une belle journée 🙂

  5. Si j’osais… Je trouve ça super ce que tu dis : on a trop tendance à juger les autres en fonction de leur profession… Mais qu’avons nous foirer pour qu’un job nous définisse ainsi ??? Je suis malade de mon travail parce que je lui ai accordé une valeur qu’il n’a clairement pas… alors qu’à côté de ce job, j’ai TOUT pour être heureuse… C’est fou…
    Belle journée et bravo !!!

  6. Coucou ^^

    Je passe par ici suite à la une Humeur 🙂

    J’exerce le métier d’aide soignante à domicile (et à horaire variable :p ), je fais partie de ces gens qui s’en foute royal due gagner des milliards car j’ai choisi mon épanouissement personnel et un certain « bien être » d’exercer mon travail. Je suis passionnée par mon job, j’avoue.

    Pourtant, il n’est pas toujours super gratifiant: tu passes ton temps les mains dans la merde des autres, tu vois des gens souffrir ou très très très exigeant. Mais a coté tu as tellement de chaleur humaine.

    Pour ma part j’ai été étonnée des réactions des autres, je pensais qu’on me mépriserai et bien non, au contraire les gens sont admiratifs car ils ne se voient pas faire ce boulot. Et puis, que tu nettoie un sol ou que moi je nettoie des fesses, au final, nous restons un « passage dans la journée » et comblons la solitude de pas mal de gens.

    En te souhaitant d’être heureuse et une bonne continuation dans ton travail 🙂

    1. Merci pour ton partage J’adore ton franc parler Oui j me raccroche au fait que c avant tout un contact, un lien que je vais leurs apporter Merci 😊

  7. Hello !
    Je suis vraiment touché par ton article. Je suis en transition vers un métier différent de la filière où je souhaitais me diriger, et ce qui me faisait peur c’était le regard des gens suite à cette décision. Toutes les remarques que je me suis prise, les gros clichés qu’on m’a sorti (de manière vraiment inconsciente en plus) me rappelle à quel point les gens font des raccourcis faciles, et à quel point il est facile de mettre des étiquettes sur tout et n’importe quoi. Finalement, le plus important c’est d’être au clair avec ses choix et ses valeurs, et toutes les critiques et les remarques finissent juste par « glisser » 🙂
    Je te souhaite de t’épanouir dans ton nouveau métier.
    Bisous

    1. Merci beaucoup 🙂 Oui c’est tellement vrai Et pourtant parfois je doute encore Merci pour ce rappel Je te souhaite de trouver également le métier qui te convient Bon vent ! Tu es très bien partie pour t’épanouir 😉

  8. Oh cousine ! je suis fascinée par ton parcours et tellement fière d’être ta cousine !! C’est vraiment courageux, honnête et sincère comme démarche et même si tu passes par des moments difficiles, c’est forcément pour du meilleur après ! C’est sûr tu vas gagner en qualité de vie et de bien être ! Tu verras que le sourire des autres est extrêmement nourrissant ! Bravo et courage ma belle ! Tu vas y arriver je suis de tout cœur avec toi ! Gros bisous et à très vite j’espère !

    1. Oh c’est super gentil ! Merci beaucoup cousine 😊 Je ne sais pas si vraiment j’ai de quoi être fière mais tout ça me plait 😉

  9. Je suis d’accord avec un des commentaires : « il faut être au clair avec ses choix et ses valeurs », et je rajouterais : donner du sens à ce qu’on fait, pourquoi on le fait, et savoir l’expliquer. Après ça coule de source…. Si c’est pas encore limpide, ça le deviendra 😉
    En tous cas, j’aime bien ton article, il est concis et complet à la fois, et d’actualité 🙂 je comprends qu’il ait plu !!! bravo encore et bisous

    1. Merci soeurette 🙂 Oui je crois que je suis encore dans le doute… mais je saurais bien assez vite ! A ce soir ! Bis

  10. Certains métiers méritent clairement d’être (re)valorisés, aussi bien côté salaire que du côté des représentations sociales. Deja le fait de faire honnêtement et bien son travail doit être considéré comme valorisant un point c’est tout, qu’importe le job… Voir certains métiers sur-valorisés alors qu’ils ne sont en rien utiles à la société m’agace, et inversement! Bravo et bon courage sur cette voie de vérité ( votre vérité ) qui j’imagine reçoit parfois les assauts et relents des a priori bien ancrés hérités de notre enfance, de notre éducation, de conceptions collectives erronées qui ont encore la vie dure.

    1. Merci beaucoup ! Je suis contente de me sentir comprise et de ne pas être la seule a le penser Oui ce sont de beaux métiers A nous de le faire savoir 🙂

  11. Salut,

    J’arrive ici par hasard.
    Ca m’a plu de lire ton retour notamment vis-à-vis du regard des autres.
    J’ai moi même vécu ce sentiment à l’époque où je faisais des petits boulots en attendant de trouver un job à la hauteur de mon bac+5.
    Et j’avais remarqué ce comportement qu’on les personnes à te réduire à ton statut social.
    Cela dit cela peut-être une bonne chose car le jour où tu décides d’ambitionner à d’autres responsabilités, on ne te verra pas arriver puisqu’on te sous-estime donc tu seras hors jeu de concurrences 🙂
    En tout cas respect pour cette reconversion !

    1. Merci beaucoup pour ce passage J’aime le hasard 😉 Oui pour beaucoup ma démarche créée la surprise et j crois que j’aime ça 😉 J me sens libre

  12. bonjour,
    moi aussi je suis arrivée ici par hasard,attirée par le mot : » humilité » ,qui semble avoir disparu depuis longtemps ,un mot que j’aime et qui me parle :
    tout simplement merci pour ce beau témoignage ,
    et j’espère que vous pourrez vous enrichir(au figuré 😉 ) et vous épanouir 😊😊

    1. Oh merci ! Quel plaisir que tu sois passée par là par hasard 🤗 Oui pour l’instant c’est vraiment très riche Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *