Gestalt

J’ai osé… l’équithérapie

Equithérapie : à la rencontre du cheval

Quel plaisir de retrouver ce début de titre d’article…! Oui, j’ai osé ! Dans le cadre de ma formation de Gestalt praticienne, découvrir l’univers de l’équithérapie. Une découverte de quelques heures seulement, mais tellement riche… Parce que vous avez été plusieurs à me questionner à ce sujet, parce que j’ai envie de vous partager quelque peu cette expérience, voici ce que j’ai vécu, en groupe, au contact des chevaux. Accompagnée par Anne Sartori, coach et Gestalt thérapeute.

L’entrée en contact

Chevaux et Gestalt avec Anne Sartori et Aynooa

Rien que le site est magnifique. Le lieu d’accueil Aynooa se situe dans la campagne rennaise. Loin de l’agitation de la ville, un lieu où se mélange maisons de charme en pierre et salle et manège semblant neufs. Anne nous accueille avec le sourire. Nous nous installons dans une salle en cercle, attentive et curieuse pour ma part. Elle pose le cadre et les conseils de l’équithérapie, indispensables pour la sécurité de tous, mais aussi la liberté de chacun à l’intérieur de ces consignes. Chaque participant, y compris elle, s’engage. Mots d’ordre : confidentialité, confrontation bienveillante et responsabilités.

À travers un exercice de photo-language, nous ferons connaissance. Nous ne sommes pas les seuls, nous, participants, à nous dévoiler. Anne nous partage, avec beaucoup d’authenticité, son parcours. Je me sens tout de suite au bon endroit, clairement impatiente d’en découvre davantage ! Quelques rappels nous sont donnés sur le comportement à avoir avec les chevaux. Il est bon pour moi de les réentendre. Rien de bien compliqué et souvent évident.

L’intérêt de l’équithérapie

Puis vient une étape très riche en apprentissage : pourquoi travailler avec le cheval ? Quelles sont les particularités de l’équithérapie ? En quoi le cheval peut-il nous aider ? J’aime l’écouter nous partager sa capacité d’awarness, pilier de la Gestalt. En effet, le cheval, grâce à un cerveau gauche moins présent que le nôtre, est en lien constant avec son corps. Il sait utiliser, bien mieux que nous, cette antenne émettrice-réceptrice. Être à l’écoute de son émotion, prendre acte de ce message et poser une action en réaction. Puis, tout simplement, reprendre son activité précédente… Avec fluidité, et sans jugement.

Équithérapie : la rencontre avec le cheval

Une fluidité que nous, les humains, avons perdue. Nos émotions sont bien trop souvent rétrofléchies, c’est-à-dire, retenues, contenues voire tues. Par un auto-jugement constant, nous oublions de considérer notre corps à sa juste valeur. Et parfois, après quelques mois, années, il finit par agir en cocotte-minute… Il nous est difficile d’utiliser notre ressenti dans la relation à l’autre. J’ai adoré entendre Anne dire : « ce mécanisme humain nous permet d’être en bonne relation, mais pas dans une vraie relation. » Oui, j’y crois, nous avons beaucoup à apprendre à leur contact. Nous, être humain, soit disant « espèce supérieure », nous sommes bien petits à côté des animaux.

L’apport du cheval

Équithérapie : prendre soin de soi avec le cheval

Le cheval, éduqué, sait exprimer son besoin. Il est entier, présent, avec sa personnalité. Être à son contact, c’est contacter également cette partie chez soi. L’équithérapie permet de se connecter à cette part d’authenticité, qui je suis, moi, sans mes processus de résistance. Ma vérité. Enfin, j’ai retenu que le cheval, contrairement à beaucoup d’entre nous, a cette faculté d’être constamment dans l’instant présent. L’ici et maintenant, pilier fort également de la Gestalt. Pour le cheval, chaque échange est une nouvelle relation. Contrairement à un animal comme le chien par exemple, le cheval est indépendant. Bien sûr, lorsque la relation entre un Homme et l’animal perdure dans le temps, le cheval retrouve rapidement ses repères pour entrer en relation. Pour le reste, il la remet perpétuellement en question.

Tout cela étant posé, l’équithérapie m’attire d’autant plus ! J’ai toujours beaucoup respecté le cheval. Son crin doux et sa crinière que j’aime brosser avec mes doigts. Il dégage, pour moi, une force tranquille, une puissance magnifique. C’est un animal que j’ai déjà par deux fois pu monter. Mais il ne s’agira pas de cela aujourd’hui. Après avoir échangé sur nos vécus autour du cheval, Anne nous interroge sur nos attentes de cette rencontre. Le temps d’une centration nous permettra à chacun d’explorer nos souhaits. Nous nous focaliserons alors sur notre future pratique de Gestalt praticien : que souhaitons-nous améliorer ? La question devant commencer par « Comment je… »

La rencontre avec le cheval

Les mots sont posés. Je sais ce que je souhaite explorer : comment j’accueille de perdre parfois mon ancrage, ma sécurité intérieure, dans ma pratique de Gestalt praticienne. Il est temps. Le moment est venu. Les chevaux nous attendent. Nous quittons la salle pour aller à la rencontre de deux chevaux installés dans 2 « enclos » distincts dans le manège. Ils ne sont pas attachés et nous regardent arriver. L’un est très – trop – avenant. L’autre bien plus prudent. Nous ne connaitrons pas tout de suite leur nom ou leur histoire pour éviter toute projection. Il y aura cheval 1 et cheval 2. Un peu à l’écart, au sein du groupe, chacun partage ce qu’il ressent au contact visuel de chaque cheval.

Équithérapie : être accompagné en Gestalt thérapie grâce aux chevaux

Un cheval me met mal à l’aise. Pour ne pas dire, qu’il m’effraie. Très avenant, voir intrusif, il m’inquiète. Je connais de moi ma difficulté à recevoir un « aller vers ». Bien plus facile de faire le premier pas, que de voir arriver vers moi, une personne, un animal, dont je ne connais pas l’intention… Anne nous invite alors à choisir un cheval. Le groupe se scinde en deux. Je choisirai donc celui qui me met en difficulté, au travail… Puis tour à tour, l’un après l’autre, seul, nous irons à sa rencontre. En conscience de ce que l’on ressent, de ce que l’on pense, et de ce qui se passe dans notre corps. Avec la possibilité, pour ceux qui le veulent, de passer sous le fil et d’aller à son contact.

L’équithérapie et la Gestalt

Équithérapie : la Gestalt thérapie assistée par les chevaux

Aucune obligation. Chacun est invité à respecter ses besoins et ses limites. Je retarde le moment, la boule au ventre. Puis, doucement, m’avance. Les autres participants prennent des notes et m’observent. Le moment est magique… doux, touchant et tellement authentique. Pas après pas, je m’approche. Comme pressenti, le cheval sera très entreprenant, et je me surprendrai à savoir poser mes limites. Le temps se suspend. Nous sommes l’un et l’autre presque collés sans se toucher. J’ai comme le sentiment qu’il m’écoute, bien que je me tienne en silence. Je ressors de l’enclos contente mais aussi soulagée. Et soyons honnête, pas bien certaine de ce qui vient de se passer !

Nous échangerons en binôme sur nos observations. Puis, Anne nous communique le nom et l’histoire de chaque cheval. Cela impacte notre vision des choses… Des chevaux maltraités et souvent battus, qui ont su, dans cet espace, à leur manière, se reconstruire. Puis Anne nous invite à aller tous ensemble en sous-groupe, avec notre crayon et notre carnet, de nouveau, à la rencontre du cheval, en s’interrogeant sur ce que celui-ci peut nous enseigner. En gardant en tête notre question initiale, elle nous propose de laisser aller notre créativité – écriture intuitive – en présence du cheval. Quelle sagesse nous a-t-il transmis lors de cette rencontre ? Comment, grâce à cette expérience, nous pouvons commencer à répondre à notre question ? Puis vient le moment de leurs dire au revoir. Le cœur chargé d’émotions, je suis le groupe dans la salle.

Ce que je garde

Je garde de cette rencontre, après avoir eu connaissance de l’histoire de mon cheval, Uloune, que l’aller d’un être vers moi, sa démarche parfois assurée, peut être synonyme de recherche de sécurité. C’est la façon qu’Uloune a trouvé pour à nouveau rencontrer l’homme, après ce qu’il a vécu. Il a découvert tout le plaisir de la caresse et du toucher, et recherche cela à chaque rencontre. Ce cheval m’a rappelé combien je pouvais parfois mal interpréter le comportement de l’autre. Combien je n’étais pas seule à me sentir en insécurité dans la relation. Cet ancrage intérieur perdu parfois, c’est ce qui fait toute mon humanité. Nul n’est parfait, et je ne le serai pas en tant que praticienne. « Heureux les fêlés qui laissent passer la lumière ». Si je ne contacte pas mes failles avec mes clients, si je suis lisse et parfaite, il ne se passera rien. Merci Anne et merci Uloune pour cette sagesse.

♥ Pour continuer à me suivre, abonnes-toi à ma newsletter. Et reçois en cadeau mon ebook ♥ (Vérifie tes spams pour confirmer ton inscription)

Besoin d’être accompagné(e) dans ta transition professionnelle ? Je peux être là pour toi ! En face à face, ou en ligne. Pour en savoir plus, clique ici.

  • 74
  •  
  • 8
  •  

8 réflexions au sujet de « J’ai osé… l’équithérapie »

    1. 🙂 chouette Je ne peux que recommander l’équithérapie Mais comme toute pratique il s’agit d’essayer pour se faire sa propre idée Belle journée à toi !

  1. Je sais que l’équithérapie est extrêmement efficace dans le développement des syndromes autistiques. Et de façon générale, la rencontre entre l’homme et l’animal fait toujours des étincelles merveilleuses.

  2. Toutes mes félicitations pour ce bébé à venir…
    En pratiquant l’équitation (surtout en randonnée), je me suis aperçue combien j’oubliais tous mes tracas, combien il fallait être détendue, car je trouve que « les chevaux sont des éponges à émotions ». Le cheval est vraiment un moyen de thérapie.

    1. Merci Fabienne 🙂 Oui le cheval a bien plus à nous apprendre que nous pouvons l’imaginer Les côtoyer fait déjà du bien 🙂 Belle journée à toi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.