Feelings

J’ai osé… j’existe !

J’existe. Moi aussi, j’ai mon mot à dire. Je ne suis plus la même personne à me laisser envahir. À ne pas connaitre mes limites. J’ai beau le savoir. L’apprécier avec le recul. Mais quand une nouvelle situation se présente, je crains de retomber dans mes travers. Dans mes mauvaises habitudes. J’ai peur de me laisser déborder. De me sentir bloquée dans une situation qui ne me convient plus. De ne pas réussir à tirer la sonnette d’alarme. Et à nouveau me faire mal… J’oublie qu’aujourd’hui je sais et je peux m’exprimer. J’ai appris à réajuster et me respecter. Oui, j’ai changé.

 

D’abord m’oublier…

 

Jusqu’à présent, m’engager ou dire oui cela signifiait y aller sans retour possible. Comme contrainte. Piégée. Me plier en quatre pour tenir parole. M’oublier quitte à exploser en vol. Je me suis souvent donnée à mille pour cent sans prendre le temps de vérifier que j’étais toujours en accord avec ce qu’il se passait. Comme si dire une première fois oui, valait pour toute la vie. Cette impression de ne pas pouvoir changer d’avis. J’ai longtemps pensé qu’il n’y avait qu’un sens possible. Que je devais toujours suivre. Les laisser décider pour moi. Leurs faciliter la tâche. Ne surtout pas faire de vagues. Et m’effacer. Souffrir en silence. Oublier de prendre ma place.

 

… me plier, et m’adapter…

 

J’ai choisi d’à nouveau présenter ma candidature pour le 2nd cycle de l’école de Gestalt à Rennes. Il me manque quelques informations avant de prendre ma décision. J’ai besoin de les appeler mais je reste bloquée. Les jours filent et je ne passe pas à l’acte. Un simple coup de téléphone… et pourtant j’en suis incapable… Après une séance avec ma psy, j’ai eu le déclic : oui si prendre contact est si difficile pour moi, c’est qu’appeler pour me renseigner, c’est déjà m’engager. Comme si parce que je montrais mon intérêt, je ne pouvais plus reculer. Comme si parce que j’entrais en lien avec cette école, je devais, quoiqu’il arrive, poursuivre avec eux même si j’étais en désaccord.

 

… puis me rappeler que j’existe !

 

Ce ne sera pas le cas. Pas cette fois. Je suis adulte et plus une enfant. Aujourd’hui j’ai la parole. J’ai la capacité de dire stop. D’exprimer ce qui ne me va pas. Oui j’ai le choix. Je ne veux plus subir ou continuer juste pour faire plaisir. J’ai appris à faire part de mon besoin à l’autre. A exprimer ma difficulté ou mon désir. J’ai le pouvoir d’être libre. Je vais certes appeler l’école pour me réinscrire. Mais je suis prête à changer d’avis ou tout au moins faire comprendre au besoin, que j’existe.

 

 

♥ Pour continuer à me suivre, abonnes toi à ma newsletter. Et reçois mon ebook gratuit 🙂 ♥

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

  • 29
  •  
  •  
  •  
  • 12
  •  
  •  
  •  
  •  

14 thoughts on “J’ai osé… j’existe !

  1. Tu sais … je te lis très souvent car moi aussi je suis intéressée pour me former en Gestalt.
    Mais pour le moment, je crois que c’est trop tôt mais je viens de reprendre ma thérapie avec une nouvelle Gestalt thérapeute, qui est d’une autre école que la précédente que je voyais.

    Je sui strès contente que tu ai à nouveau envie de poursuivre ta formation.
    A travers tes écrits, je suis certaine que tu finiras par être une « bonne » thérapeute, tu as cette capacité de te remettre en question, et de rebondir, même si parfois c’est douloureux et ça prend du temps.
    A bientot

    Orchidee

    1. Merci Orchidée 🙂 Je trouve ça chouette que tu t’écoutes et prennes le temps nécessaire C’est une vraie qualité Prends soin de toi et à bientôt j’espère 🙂

  2. Je me reconnais énormément. Pour moi aussi, ce n’est pas naturel de « juste » me renseigner pour quelque chose qui m’intéresse. C’est comme si renseigner = devoir s’engager et tenir jusqu’au bout. C’est un vieux schéma sur lequel, je dois encore travailler pas mal.

    1. Merci Elisa pour ce partage Il me fait du bien… je me sens un peu moins seule Je te souhaite de trouver les clefs pour faire sauter cette résistance De mon côté j’y travaille 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.