Feelings

J’ai osé… exprimer une envie irréaliste

Plus facile pour moi d’oublier une envie qui me semble impossible à réaliser, que de la faire exister sans croire qu’elle puisse se concrétiser. Voilà où j’en suis. Parce que je n’y crois plus, je fais le vide. J’efface mes souhaits, je gomme mes désirs. Par peur de souffrir ou de décevoir, je mets de côté ce qui m’anime. Comme si chacune de mes envies devait pouvoir prendre vie. Comme si je ne pouvais partager mes rêves qu’à condition de les concrétiser. Et si j’osais, malgré son caractère fantaisiste, formuler une envie ?

 

Je trouve cela tellement difficilement d’exprimer un souhait dans le vide. De rêver sans imaginer, au fin fond de soi, que c’est possible. C’est comme annoncer avoir envie de flotter dans l’espace et avoir conscience que c’est invraisemblable… Je n’y arrive pas. Je préfère affirmer que l’espace ne m’attire pas et ainsi passer à côté du sentiment de m’en priver. Au moins, je n’ai pas de regret.

 

Mais petit à petit, j’oublie ce qui vit en moi… Je délaisse ces envies qui me font rêver. A trop les ignorer, je perds ma singularité. Je reste dans du négatif et anéantie le côté magique. Car si je laisse mon imaginaire parler, les envies auxquelles je ne crois pas, j’en ai des tas ! Ecrire un livre seule, voyager, ou tout simplement travailler me fait rêver. Et avoir mon propre cabinet... Tu imagines ?! Un lieu cosy ou je recevrais toutes les personnes que j’accompagne en thérapie. Je le visualise déjà au fond de notre cour. Un endroit chaleureux, lumineux et fleuri. J’aurais mes propres cartes de visite. Au-delà de l’accompagnement, je développerais d’autres activités ; pourquoi pas du massage, des ateliers d’art ou encore du coaching. Je gérerais mes rendez-vous en fonction de mes priorités. Un métier qui me permette de continuer à me développer.

 

Mais comme cela me semble utopique, je préfère penser que ce n’est pas ce à quoi j’aspire. Plus facile pour moi de me priver avant que quoique ce soit n’ait commencé. Pas de déception, ou de désillusion. Je n’y ai même jamais songé…

 

Et si je changeais ma façon de raisonner ? Je peux avoir des envies sans agir. Ce ne sont pas des projets mais des souhaits. Ne me demandez pas comment ni quand je vais les réaliser. Ils ont déjà le mérite d’exister. Ne pas m’engager, ni décevoir. J’ai le droit de ne plus y croire. Ne plus agir, juste rêver. Lâcher prise, être et ressentir. Comme tout rêve, il peut rester à l’état de pensée. Ou bien un jour se transformer en réalité… 

 

♥ Pour continuer à me suivre, abonnes toi à ma newsletter. Et reçois mon ebook gratuit 🙂 ♥

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

  • 7
  •  
  •  
  •  
  • 6
  •  
  •  
  •  
  •  

10 thoughts on “J’ai osé… exprimer une envie irréaliste

  1. Mais bien sûr il faut avoir des souhaits, certains deviendront des projets, d’autres resteront des rêves. Qu’importe. Nous évoluons, nos envies aussi.
    L’essence même des souhaits nous pousse en avant. Si ils ne sont pas réalisables aujourd’hui, ils le seront peut-être demain.
    J’aime beaucoup ton article Emeline qui donne envie de regarder d’un peu plus prêt nos rêves et ce que nous en avons fait.

  2. bien sur que tu peux rêver ! au contraire, imaginer les choses, précisément, comme tu l’as décris. peut être que ça se fera, ou pas, mais en attendant, tu auras passé un agréable à les imaginer. et peut être qu’un jour, ça prendre vie, sous cette forme, ou une autre ?

  3. Viens rêver ici,
    Que s’allument tes épanchements
    Que soient flattés tes amours,
    Et ressuscitées tes envies secrètes.

    Il n’y a rien d’autre ici qu’une grande fête.
    A corps perdu, viens-y et te jette.

  4. Biensûr qu il faut y croire ! Un tableau de visualisation (il y a plein d autre nom à cet outil créatif !) que tu pose bien en évidence sur ton bureau, et doucement le rêve devient pensée , la pensée devient possibilité, qui devient opportunité. Pour finir l opportunité devient réalité… Les règles du jeu de notre monde… La force d attraction. Ça prend du temps mais ça marche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.