Freelance

J’ai osé… douter : me bousculer ou m’écouter ?

Je ne suis plus sûre de rien. Vais-je vraiment y arriver sans prendre un emploi à temps partiel à côté ? Mon cœur me parle mais ma raison le somme de se taire : « Fini de jouer et de rêver, il est de temps de reprendre à travailler ! » Oui, je suis inquiète. J’ai même peur de tout perdre. Moi qui comptais sur mon activité de coach en transition professionnelle pour toucher mes prochains revenus. Mon projet de formation se voit ajourné. Dois-je m’écouter et prendre le risque de voir comment les choses vont s’ajuster ? Ou me bousculer pour redevenir salariée ? Où est la juste limite entre se mettre en danger et s’écouter ? Je souhaite être vigilante et ne pas me faire violence. Mais également continuer d’avancer, sortir de ma zone de confort et de mes habitudes, pour poursuivre mon développement.

 

Si je me bouscule,

 

… et rationalise, je sais que je dois agir. Sans quoi, je fonce droit dans le mur. Financièrement tout ça n’est pas jouable. Mes allocations chômage s’arrêtent en septembre et je dois financer mon école de Gestalt. J’ai également des prêts à rembourser et accessoirement de l’essence, un téléphone ou encore une mutuelle à payer. Mes économies ne suffiront pas. Je dois arrêter de m’écouter et me forcer à travailler. Si je ne veux pas mettre ma famille en danger, je dois me confronter à mes angoisses, bien que l’idée même me rende malade. Je suis face à une réalité : j’ai, comme tout le monde, des factures à payer. J’ai eu la chance d’avoir la belle vie pendant 2 ans mais les bonnes choses ne durent qu’un temps. Pour plus de sécurité, je dois trouver un job à côté. Me forcer à revenir dans le rang, quitte à reprendre mes médicaments…

 

Devine si tu peux, et choisis, si tu l'oses. Pierre Corneille. Click To Tweet

 

Et si je prends le temps de m’écouter,

 

… je me focalise sur le présent. Certes dans 6 ou 12 mois, il y aura vraiment une question financière à régler. Mais d’ici là, d’autres choses peuvent encore se jouer. Je n’abandonne pas mon projet de coach. Je vais simplement prendre un autre chemin que celui envisagé. Et persévérer. La vie me l’a montrée : elle est riche en surprises et je suis loin d’en connaitre tous les tenants et les aboutissants. J’ai envie de croire que si je poursuis ce en quoi je crois, si je suis alignée, les choses vont se décanter. Je ne saurai jamais si je n’essaie pas. Et à quoi bon me forcer et tout regretter ? J’ai encore un peu de temps devant moi. J’ai besoin de me faire confiance. Me forcer ne résout rien. À moi de trouver une alternative. De développer ma créativité pour trouver un autre moyen de m’en sortir.

 

C’est peut-être ça l’audace. Écouter son cœur au risque de se prendre une claque. Partir à l’aventure mais y aller avec envie. Vivre le présent et croire en l’avenir. Pour réussir il n’y a plus qu’une seule alternative : m’écouter et me déployer. Je vais trouver le moyen de gagner ma vie en n’oubliant pas qui je suis. Je ne sais pas si je vais réussir, mais je vais essayer. Oui, c’est ça. Je vais oser.

 

 

♥ Pour continuer à me suivre, abonnes toi à ma newsletter. Et reçois mon ebook gratuit 🙂 ♥

  • 8
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •  
  •  

12 thoughts on “J’ai osé… douter : me bousculer ou m’écouter ?

  1. Je comprends le dilemme. Faire ce qui est juste pour soi, voilà pour moi l’essentiel. A partir du moment où nous assumons nos choix, tout en sachant que ceux ci ne sont pas définitifs.
    Des pensées Emeline

    1. Merci Marie Oui il s’agit bien de pouvoir assumer et de prendre sa responsabilité Je me sens plutôt à l’aise avec ça donc… advienne que pourra ! 🙂

  2. Assurer ses arrières ou vivre ses rêves ? Je comprends tout à fait, j’en suis là 😉
    La solution va s’imposer d’elle-même, j’en suis persuadée. Patience et courage…
    Bon week-end 🙂

  3. Comme je te comprends (encore et encore 😉 ) Je ne sais pas non plus ce qu’il m’arrivera dans quelques mois, si mon projet est viable ou non. Pourtant j’y reste profondément attachée et je compte bien tout faire pour le réaliser, quitte à travailler à côté pour payer mon loyer et de quoi manger.
    Crois y fort fort fort, je suis certaine que tu es une coach incroyable et que tout se passera bien <3

    1. Oh merciiii !! Oui je vais m’accrocher ! Je suis persuadée qu’une des clés de la réussite est d’y croire profondément On y arrivera tu verras 😉 Belle journée à toi 🙂

  4. Même si deux ans sont déjà passés, une reconversion, c’est long, c’est fait de hauts et de bas, actuellement tu es au creux de la vague, mais laisse-toi du temps, laisse-toi dévier pour peut-être mieux revenir…Courage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.