Reconversion

J’ai osé… l’argent et moi

Mon rapport à l’argent… en un mot : compliqué. C’est un article de Ditwan du blog les chroniques de Di’ qui m’inspire ce billet. Parce que mon lien à lui n’a jamais été simple. Parce que j’y associe tellement de croyances et de dictons. L’argent engendre chez moi tout un tas d’injonctions. Je fais partie de la catégorie des radins. Par peur de manquer, je préfère amasser. Mais soyez en sûrs, je n’en retire aucune fierté. Parce que l’argent qui dort est stérile. Parce que mettre de côté, n’est pas vivre. Par cet article, j’ose vous partager ma difficulté et espère un jour savoir en profiter.

 

Je ne peux m’empêcher de penser que ce rapport à l’argent est un héritage. Une suite de phrases que j’ai entendu petite. Des vérités que j’ai intégré. On me l’a toujours dit. Pas de gaspillage. Chaque dépense doit respecter une certaine logique. Hors de question de se faire avoir. La dépense doit être utile. Et ne pas trop débourser. Un autre dicton bien ancré. J’ai ma propre échelle de ce qui est cher. Passé trois chiffres, c’est de l’ordre du plus qu’exceptionnel. Dépenser pour le plaisir, ça n’existe pas. Il faut dire que l’argent est si difficilement gagné. Pas de place pour la futilité. Et puis l’argent, ça ne s’étale pas. On garde tous les montants pour soi. Il faut garder beaucoup d’humilité. L’argent est un sujet tabou et doit rester caché.

 

Oui pour moi l’argent est associé à tout cela. Pour chaque sujet de dépenses, j’ai mes limites. En terme de montant ou d’objectifs. Je ne culpabilise pas de le dépenser pour nous offrir des vacances ou un weekend. Mais pas trop loin ni trop cher, on ne sait jamais. J’ai plaisir à offrir des cadeaux si l’occasion est propice. Mais de là à faire un cadeau « gratuit »… J’adore dépenser si cela me permet de créer de bons souvenirs (sortie, restaurant, ciné). Et ne suis pas du tout matérialiste. Je ne dois de l’argent à personne. Mais je sais faire crédit. La seule « grosse » dépense que je m’autorise, est celle de ma psychothérapie. Car mon histoire me l’a prouvée, c’est un bon investissement et je ne prends pas beaucoup de risque.

 

L’argent est garant de mon indépendance. Avec lui, je me sens plus libre et autonome. Je n’ai besoin de personne d’autre. Il est mon coussin, mon oreiller. Sur lequel je peux me reposer. Il est une garantie pour l’avenir. Il me permet de me sentir en sécurité. J’ai si peur un jour d’en manquer… Mais ce coussin sécurisant est aussi oppressant. Dès qu’il diminue, il me faut le remplir. Pour ne pas le voir disparaitre, je m’empêche de vivre. Je voudrais plus de générosité. Voir cet argent circuler, partager et investi. Je ne veux plus être à son service. Me débarrasser de toutes ces petites voix qui me font systématiquement culpabilisées.

 

J’ai conscience que l’argent n’a de valeur que si il est échangé. Mais entre le dire et le faire… tout un univers et beaucoup de barrières. Le premier pas est d’en avoir conscience. J’avance et reste confiante. Et je ne tiens pas à jeter toutes mes croyances, j’en reste convaincue, l’amour ne passe pas par l’argent.

 

♥ Pour continuer à me suivre, abonnes toi à ma newsletter. Et reçois mon ebook gratuit 🙂 ♥

—————————————————————————————

🙂 🙂 🙂 Cet article a été coup de coeur sur www.hellocoton.fr ! 🙂 🙂 🙂

🙂 🙂 🙂 Plus de 350 personnes l’ont lu tout comme toi 🙂 🙂 🙂

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

  • 25
  •  
  •  
  •  
  • 3
  •  
  •  
  •  
  •  

11 thoughts on “J’ai osé… l’argent et moi

  1. Cet article me parle énormément Emeline.
    J’ai entendu les mêmes choses que toi enfant et j’ai longtemps fait une fixation sur l’argent. J’épargnais énormément, je faisais plaisir aux autres mais ne gardait rien pour moi. Pas de dépenses somptuaires, pas de vacances. Qu’importe j’avais de quoi voir venir et c’était l’essentiel.

    Et puis j’ai fuis un mariage qui ne m’apportait que souffrance et mal être et je me suis retrouvée à payer un divorce qui m’a couté presque tout ce que j’avais mis de côté. J’ai pris ça comme un signe une façon de repartir à zéro. J’ai revu mon lien à l’argent. Je fais toujours attention, mais j’ai appris à me faire plaisir. C’est tout nouveau. Je m’offre des choses qui me plaisent. C’est la première fois en 37 ans! Et quand j’économise, ce n’est pas pour avoir un oreiller douillet sur lequel m’appuyer mais pour financer un projet qui me tient à cœur.

    Et tout ça à avoir avec des croyances qui ne nous appartiennent pas…

    Merci Emeline pour ton partage sur ce sujet assez délicat.

    1. Merci Marie pour ce partage Oui sujet délicat J’espere ne pas avoir été maladroite… 😬 Et j’espère moi aussi un jour économiser pour un vrai projet 😉

    1. Moi non plus Ce que j’écris sur l’argent n’est pas ce que personnellement j’en pense mais ce que l’on a bien voulu m’en dire… C’est pourquoi j’en parle 😉 Merci pour ce partage 😊

  2. Coucou Emeline,
    Je viens de lire quelques articles de ton blog, c’est vraiment super…
    Et comme je me reconnais aussi sur ce que tu écris sur l’argent, ça fait du bien de savoir que l’on est pas seul ( e ) à avoir des pensées qui peuvent faire du mal
    Une fille de Bretagne

    1. Oh quel plaisir de te lire ici 😊 Merci 🙏 Oui j suis la personne la plus dure avec moi même Mais mon saboteur se fait de plus en plus discret 😉 J’y travaille 😛 J t’embrasse 😘

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.